Foot - Droits TV - Jean-Michel Aulas (OL) : « Celui qui veut pirater, c'est celui qui considère que le prix est abusif »

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Le président de Lyon, Jean-Michel Aulas, persiste et signe. Pour lui, le manque d'abonnés de la chaîne Téléfoot est surtout une question de prix. Jean-Michel Aulas continue de s'exprimer sur les conséquences du refus de paiement de Mediapro concernant les échéances des droits TV. Après avoir exprimé l'idée d'un « Spotify du foot », le président de l'OL, dans une interview au magazine économique Challenge, a martelé la nécessité d'un nouveau modèle des droits TV. Et qu'il faudra surtout parier sur la masse avec des offres à la carte. « Le fait de vendre des droits exclusifs, de manière traditionnelle n'a plus de sens face à la possibilité d'avoir un contenu à la demande pour chacun, pense-t-il. Il y a une dimension de prix évidente. Si d'un côté Mediapro n'arrive pas à avoir autant d'abonnés qu'il le souhaitait, c'est que l'offre cumulative de droits TV, plutôt que sélective, ne séduit plus. On arrive à un prix total démesuré, alors qu'on peut facilement adapter l'offre au besoin de l'utilisateur. On multiplierait ainsi les utilisateurs potentiels. » lire aussi Les autres victimes de l'arrivée de Médiapro « Proposer un prix bien plus faible » Convaincu que le conflit avec Mediapro ne se réglera pas rapidement, Aulas a ainsi appelé à se rapprocher vers de nouveaux interlocuteurs. Pour en premier lieu augmenter la prise d'abonnements : « Je serais assez favorable, si on récupère une partie des droits, qu'on arrive à se coordonner avec Canal+ et Free, pour revoir, à court ou à moyen terme, la réflexion afin d'intégrer un certain nombre de GAFA ou d'acteurs à la demande dans la retransmission des droits TV. Ou même réfléchir à une plateforme de streaming du sport [...] Élargir notre base d'abonnés avec une offre plus intéressante permettrait de leur proposer un prix bien plus faible tout en personnalisant la demande. » Une nouvelle approche qui permettrait, pour lui, de lutter contre le piratage : « Le piratage actuel, si la réponse que nous apportons sur le changement de l'offre et l'abaissement du prix est bonne, n'aura plus lieu d'être, assure-t-il. Celui qui veut pirater, c'est celui qui considère que le prix est abusif. Si la proposition est adaptée, au bon prix, il n'y a plus de sujet. »