Foot - Ces entraîneurs qui reviennent sans cesse dans le même club

·2 min de lecture

Quand on coache, on ne compte pas. Certains coachs de football multiplient les séjours au sein d'un même club. Parfois jusqu'à l'excès. Le bouche-trou : Nicolò Napoli (FC Universitatea Craiova) Et de huit pour l'Italien, rappelé en urgence au début du mois sur le banc de l'équipe roumaine mal en point en championnat, dont le président est incarcéré pour fraude fiscale. Cinquième coach de la saison, il a déjà visité la maison à sept reprises, parfois pendant à peine quatre mois, comme en 2004, 2011 ou 2020. Cris du coeur des ultras venus à l'accueillir à l'aéroport : « Laisse-nous tranquille, mon frère, nous n'en pouvons plus de toi ! » L'insatiable : Abel Braga (SC Internacional) Au Brésil, entraîner tient de l'exercice du pois sauteur. Deux défaites, une vedette qui râle ou un mauvais buzz et le technicien est saqué. Abel Braga maîtrise ce nomadisme permanent. Le fort en gueule a dirigé seize équipes dans son pays depuis 1985, dont six fois le club de Porto Alegre. Même instabilité pour les sélectionneurs champions du monde Carlos Alberto Parreira (quatre fois en poste à Fluminense) et Luiz Felipe Scolari (quatre fois au Grêmio). Le cachetonneur : Martin Allen (Barnet FC) Au tréfonds du football pro britannique, les managers passent et repassent d'un club à l'autre au gré des résultats, sans cesse à l'affût d'un intérim ou d'une mission de sauvetage pour un salaire plus charnu. Sur ce champ de bataille, Martin « Mad Dog » Allen se signale pour avoir coaché Barnet à cinq reprises entre 2003 et 2018, parfois pour seulement trois matches, une fois pour deux ans et demi, jamais mieux qu'en quatrième ou cinquième divisions. L'éternel : Emeric Jenei (Steaua Bucarest) Cet apparatchik du football roumain, deux fois sélectionneur national (de 1986 à 1990 et en 2000), a joué douze saisons au Steaua (de 1957 à 1969), club-émanation de l'armée, puis l'a dirigé six fois, la première en 1975, l'ultime en 2000. Un CV qui ne marquerait pas la légende sans cette finale de la Coupe d'Europe des clubs champions remportée en 1986 aux tirs au but face au FC Barcelone (0-0, 2 t.a.b. à 0). Une sensation historique sur le continent ! Le seigneur : Jupp Heynckes (Bayern Munich) Aucun soupçon d'opportunisme ou de frivolité à son sujet. Longtemps étiqueté Borussia Mönchengladbach, où il a joué et entraîné, l'ancien international allemand, devenu maître technicien pendant trois décennies, restera l'un des entraîneurs majeurs du Bayern, qu'il a guidé à quatre reprises. Très estimé des joueurs et du public, homme au charisme tout en maîtrise, il a gagné quatre Bundesligas et surtout la Ligue des champions 2013.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles