Foot - ESP - Le Real Madrid l'emporte difficilement face au Betis Séville en Liga

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Sur la pelouse du Betis Séville samedi en Liga, le Real Madrid a tremblé mais s'en est sorti grâce à une reprise de Dani Carvajal en seconde période (1-0). Les hommes de Carlo Ancelotti sont provisoirement ex aequo en tête du Championnat espagnol. Pour son troisième déplacement en trois matches de Liga, le Real Madrid était opposé samedi au Betis Séville de Manuel Pellegrini, au bilan mitigé (2 nuls en 2 matches). Agréablement surpris par l'entrée de Vinicius Junior lors du match nul face à Levante, Carlo Ancelotti a sorti Eden Hazard, trop tendre, de son onze, pour y titulariser le Brésilien. Le match : 0-1 Face à son obligation de résultat samedi, le Real Madrid commençait la partie de manière incisive, avec une reprise de Militao à la 7e minute, servi sur coup franc par Isco, arrêtée mais cadrée. Nabil Fekir répondait à son tour sur coup de pied arrêté à la 10e, bien repoussé par Thibaut Courtois. Avec le pied sur la balle, les Merengues gagnaient en confiance, mais se sont fait surprendre par une équipe joueuse du Betis, qui multipliait les occasions intéressantes (mouvement collectif à la 20e, Canales à la 29e, Fekir à la 31e). Alors que les esprits s'échauffaient, et que M. Alejandro Hernandez devait sortir des cartons (6 lors de la première période), Madrid poussait de tous les côtés, de Vinicius à Benzema en passant par Carvajal, jusqu'à la pause. Benzema dangereux en seconde période Au sortir des vestiaires, la Maison Blanche déployait sa palette offensive, Karim Benzema se montrant de plus en plus dangereux, et marquant (mais en étant hors-jeu), d'une tête limpide sur une superbe ouverture de Casemiro (53e). Les hommes de Carlo Ancelotti ont dû attendre la 61e minute, pour voir Vinicius s'arracher à sauver un ballon, servir Karim Benzema sur le côté gauche, qui d'un centre juste servait parfaitement Dani Carvajal, laissé seul à droite de la surface de réparation. Le latéral espagnol reprenait d'une frappe fluide le centre du Français, ne laissant aucune chance à Rui Silva. Armé d'envie, le Betis reprenait ses attaques, répétant les efforts mais butant encore et toujours sur l'inévitable Thibaut Courtois (64e, 68e, 69e), qui endossait le costume des grands soirs. D'une cage à l'autre, les 20 dernières minutes de jeu ont offert des séquences percutantes mais pas suffisamment réalistes (Camarasa 74e, Benzema 85e, Hazard 90e). Score final 1-0, et une victoire dans la douleur pour le Real Madrid, qui se hisse toutefois provisoirement à la tête du Championnat espagnol, ex aequo avec Majorque, Valence et Séville. lire aussi Le classement de la Liga Le fait : Juanmi se loupe... pas Carvajal Dans une rencontre animée et disputée, le tournant du match ne se joue pas directement sur le but de Dani Carvajal à la 61e, mais une minute avant sur une offensive des Verdiblancos. Lancé au front de l'attaque, Juanmi gênait Militao dans sa défense, et le Brésilien chutait et perdait la balle au profit du numéro 7 du Betis. À 2 contre 1, l'avant-centre pouvait lancer les siens assez aisément, mais loupait totalement sa passe dans l'axe.

Le Real remontait alors rapidement le terrain, accouchant... du but décisif de Dani Carvajal. Un match disputé jusque dans les moindres détails. lire aussi Le film de Betis Séville - Real Madrid Le joueur : Thibaut Courtois Discret en première période mais présent quand il le fallait (arrêt sur le coup franc de Nabil Fekir à la 10e minute), Thibaut Courtois s'est surtout déployé en seconde période, enfilant le costume de patron du Real Madrid. Sur les actions répétées des Sévillans (64e, 68e, 69e), le portier belge a brillé par sa sérénité ce samedi soir. Dans une fin de match dépouillée, il n'a pas faibli sur la frappe de Camarasa (74e), ni sur les offensives hachées du Betis dans le temps additionnel.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles