Foot - ESP - Les tops-flops de Real Madrid - FC Barcelone : Vinicius épatant, Messi décevant

L'Equipe.fr
L’Equipe

Dans un Clasico équilibré ce dimanche, Vinicius a donné l'avantage au Real tandis que Lionel Messi a manqué d'influence dans le jeu (2-0). Malgré ses mauvais choix répétés, son enthousiasme plaît à Zidane car, dimanche, le coach français lui a de nouveau fait confiance pour accompagner Benzema en attaque. Et il a eu raison, il a fait passer une soirée cauchemardesque à Semedo et a marqué le but qui a conduit à la victoire. Sa foi a payé. Il avait été le meilleur joueur du Real mercredi en Ligue des champions contre Manchester City (1-2) et, dimanche, le Belge a de nouveau maintenu son équipe à flot par plusieurs interventions de très haut niveau. Notamment lors d'un face-à-face avec Arthur (34e) et un tir de Messi (38e). Il dégage beaucoup de confiance. Méconnaissable face à City, il est réapparu dans sa meilleure version contre le Barça. Puissant physiquement, juste techniquement et précis dans ses passes, le Brésilien a été essentiel dans l'entrejeu madrilène. Notamment dans son marquage à Messi, à qui il a choppé la balle de manière brillante dans sa surface (30e). Dans le vestiaire, on l'appelle « Magie » et force est de constater que, quand il est en forme physiquement, il peut tout faire avec un ballon. Dimanche, il a toujours été en mouvement et a aussi beaucoup travaillé dans la récupération. Sa frappe enroulée, détournée par Ter Stegen alors qu'elle prenait la direction de la lucarne, a été un délice (56e). C'est vrai, il ne ferme pas son poteau sur le but de Mariano (90e+3). Mais pour le reste, il a longtemps laissé le Barça dans le match avec des parades splendides sur une frappe (56e) et une tête d'Isco (61e), et encore une sortie devant Vinicius (84e). Impuissant sur le but du Brésilien, dévié par Piqué (71e). Il a parfois décroché bas pour initier les mouvements catalans mais, bien marqué, son influence fut quand même mince. Il perd un face-à-face avec Courtois (38e) et rate le ballon de l'égalisation en se faisant reprendre par Marcelo (75e). Même sur les coups de pied arrêtés, il a déçu (35e). Que ce soit face à Kroos ou Casemiro, il a été bousculé toute la soirée par l'impact madrilène, peinant à se défaire du pressing sur les phases de transition. Il a parfois proposé le surnombre et ça aurait pu marcher (duel perdu avec Courtois, 34e). Il a logiquement laissé sa place à RAKITIC (81e). En fait il n'a réussi qu'une seule véritable chose : empêcher Messi de marquer alors qu'il fonçait sur Courtois (75e). Ce qui est certes important. Pour le reste, il fut un désastre en défense et un attaquant très brouillon. Son statut a tellement baissé que personne ne s'attendait à ce qu'il soit titulaire Douteux après avoir été blessé, le latéral a finalement tenu sa place. Mais on a vite vu qu'il n'était pas à 100 %. Ses débordements ont été productifs (21e) mais très rares. Il faut dire que la fougue de Valverde lui a causé bien des problèmes dans son couloir, où il était souvent retard. Un match forcément frustrant pour le patron de la défense catalane. Il a fait le job dans le jeu aérien, face à des clients, et a globalement bien absorbé les vagues madrilènes même s'il fut parfois sur un fil. Mais le Catalan précipite la chute des siens en déviant dans son propre but un centre-tir de Vinicius (71e).

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi