Foot - Espoirs - Sylvain Ripoll, sélectionneur des Espoirs : « Continuer sur cette bonne dynamique »

·4 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Avant d'affronter l'Arménie, jeudi (20h45), le sélectionneur des Espoirs Sylvain Ripoll espère voir de la régularité dans les performances de son équipe, convaincante le mois dernier face à l'Ukraine (5-0) et la Serbie (3-0) en qualification à l'Euro 2023. L'équipe de France Espoirs attaque en ce mois de novembre son troisième rassemblement de la saison. Le premier avait notamment été marqué par un nul embarrassant aux Féroé (1-1), mais les joueurs de Sylvain Ripoll se sont repris avec la manière face à l'Ukraine (5-0) et la Serbie (3-0), leurs deux adversaires qui paraissaient les mieux armés pour les freiner dans la course à la qualification pour l'Euro 2023. Avant d'aborder le cinquième match de cette campagne, jeudi (20h45) face à l'Arménie, le sélectionneur et Maxence Caqueret ont fait le point en mettant l'accent sur leur volonté d'être réguliers. « Pouvez-vous d'abord nous donner quelques précisions sur les forfaits d'Amine Gouiri (cuisse) et de Melvin Bard (cheville) ? Qu'en est-il d'Arnaud Kalimuendo, qui s'est entraîné à part mardi soir ?
On a fait une analyse sur les 48 premières heures de notre rassemblement et on est arrivés à la conclusion qu'Amine et Melvin n'étaient pas en capacité de continuer. Ils n'auraient pas pu être dans le groupe pour le premier match et il y aurait eu un gros point d'interrogation sur le deuxième (en Macédoine du Nord, le 16 novembre). On a donc pris la décision de les renvoyer à Nice et de les remplacer par Hugo Ekitike et Castello Lukeba, qui ont tous les deux beaucoup de qualités. Arnaud Kalimuendo, lui, avait pris un coup au pied vendredi, lors de Lens-Troyes, mais il est apte pour l'entraînement du jour et pour le match, ça ne fait aucun doute. « L'état d'esprit est bon, les joueurs sont désireux de réaliser quelque chose ensemble » Que vous évoque l'Arménie, dernière de votre groupe de qualification ?
On reste sur deux matches consistants et on veut continuer sur cette bonne dynamique. On veut donc gagner face à un adversaire qui sera difficile à manoeuvrer, se rendre les choses moins complexes et faire en sorte que ce match tourne en notre faveur. Avez-vous plus de certitudes après les victoires contre l'Ukraine et la Serbie ?
On n'en a jamais vraiment. En tout cas, ces matches nous ont donné la voie à suivre, la manière de s'y prendre pour rendre le collectif meilleur que ce qu'on avait pu voir auparavant (aux îles Féroé). Mais, ce qui est sûr, c'est qu'en jouant avec cet état d'esprit, la volonté de faire des efforts les uns pour les autres et respecter ce que demande le jeu, les qualités des joueurs s'expriment mieux. Ce groupe a-t-il besoin d'être canalisé pour rester performant ?
Je ne pense pas, le temps va nous le dire. L'état d'esprit est bon, les joueurs sont désireux de réaliser quelque chose ensemble. Ça passe par une qualification. Le passé l'a montré, elles ne sont pas si simples que ça à obtenir, même quand on est l'équipe de France. C'est long, il faut être régulier, ne pas avoir de trou. On a besoin de faire la course en tête dans notre groupe, conforter cette place. lire aussi Le classement du groupe de la France Votre position est plus confortable qu'au début du dernier rassemblement...
On est en tout cas là où l'on souhaite être. Il est évident qu'il fallait tout de suite qu'on réenclenche après la perte de points aux Féroé. Maintenant qu'on l'a fait, on veut être réguliers. Au contraire de l'Ukraine et de la Serbie, vous devriez vous retrouver face à une défense arménienne regroupée...
Je ne peux pas dire ce que seront les intentions de cette équipe mais c'est vrai que le contexte des matches est souvent le même : un adversaire qui cherche à être organisé et à bien défendre. Donc il faut à la fois apporter beaucoup de variété dans notre jeu, parce qu'il faut contourner ce genre de blocs, et trouver de la vitesse, des décalages pour avoir des zones d'accélération qui feront mal. Tout en étant équilibrés. » Caqueret : « L'Arménie, on n'en a pas encore beaucoup parlé » « On est très concentrés pour faire le meilleur match possible. L'Arménie, on n'en a pas encore beaucoup parlé. On va le faire dans la journée et demain (jeudi). Ce sera un match difficile mais on a toutes les capacités possibles pour gagner. Il faut faire attention à chaque adversaire. On a malheureusement eu cet épisode aux Féroé où, malgré une domination forte, on n'avait pas pris les trois points. On a corrigé ça le mois suivant. On va essayer de faire pareil. Les matches contre l'Ukraine et le Serbie nous mettent sur la bonne voie. Ils nous ont montré qu'on avait une belle équipe et une bonne mentalité. » F.T. lire aussi Truffert : « Finir les actions reste une de mes qualités »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles