Foot - Euro - ANG - Le Premier ministre britannique Boris Johnson veut interdire de stade les auteurs d'insultes racistes

·1 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Boris Johnson condamne fermement les déferlements racistes qui ont accompagné la défaite de l'Angleterre en finale de l'Euro sur les réseaux sociaux, et souhaite qu'une interdiction de stade à vie soit prononcée à l'encontre de leurs auteurs. Le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé, mercredi, son intention d'interdire de stade les supporters de football ayant proféré des insultes racistes en ligne contre des joueurs, après que Marcus Rashford, Jadon Sancho et Bukayo Saka ont été la cible d'injures sur les réseaux sociaux. Après la défaite en finale de l'Euro face à l'Italie (1-1, 2-3 aux t.a.b.), les trois internationaux anglais, qui avaient raté leur tir au but, avaient été visés par un torrent d'attaques racistes sur internet. Des faits unanimement condamnés par le gouvernement britannique et les instances sportives. Boris Johnson « Nous avons maintenant l'opportunité de demander des comptes à ces entreprises (les réseaux sociaux) et faire en sorte qu'elles risquent des amendes » « Je condamne très fermement les déferlements racistes auxquels nous avons assisté dimanche soir, a déclaré Boris Johnson devant les députés. Et donc, ce que nous faisons aujourd'hui, c'est prendre des mesures pratiques pour assurer que le régime d'interdiction (de stade) de football soit modifié, de sorte que si vous êtes coupable d'injures racistes en ligne envers des footballeurs, vous ne pourrez vous rendre au match. Pas de mais, pas d'exemptions et pas d'excuses ! », a-t-il martelé. lire aussi Rashford réagit sur Twitter après les insultes racistes dont il a été victime Mardi, le Premier ministre avait reçu au 10 Downing Street des représentants de Facebook, Twitter, TikTok, Snapchat et Instagram. « Nous avons maintenant l'opportunité de demander des comptes à ces entreprises et faire en sorte qu'elles risquent des amendes », a indiqué le dirigeant, en référence à un projet de loi du gouvernement sur la sécurité en ligne, qui prévoit des sanctions pouvant atteindre 10 % de leurs revenus mondiaux.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles