Foot - Euro - ESP - Unai Simon (Espagne), roi des tirs au but

·3 min de lecture

L'Espagne s'est qualifiée pour les demi-finales grâce à Unai Simon, impressionnant lors de la séance de tirs au but face à la Suisse. La boulette d'Unai Simon contre la Croatie en huitièmes de finale (5-3 a.p.) a fait le tour du monde. Mais depuis vendredi soir, ce sont ses exploits lors de la séance de tirs au but face à la Suisse (1-1, 3-1 t.a.b.) qui passent en boucle. Le gardien de l'Athletic Bilbao, qui n'était pas sûr d'être titulaire à l'Euro, a vu trois joueurs de la Nati d'affilée rater leur tentative. « Je lui ai dit qu'il allait en arrêter trois après la frappe manquée de Sergi Busquets », rigolait Mikel Oyarzabal après la qualification. lire aussi Les tops-flops de Suisse-Espagne : Simon in extremis, cruel pour Sommer C'est que la séance fatidique avait effectivement mal commencé pour la Roja, le capitaine ayant trouvé le poteau droit de Yann Sommer, parti du mauvais côté. Sous le regard de Luis Enrique, bras croisés sur la touche, Gavranovic puis Olmo n'ont pas tremblé et trouvé la lucarne. C'est à ce moment-là qu'Unai Simon est sorti de sa boîte, treize ans après Iker Casillas face à l'Italie, à Vienne (0-0, 4-2 t.a.b.). « Il a des c... énormes. J'espère pour nous qu'il va continuer comme ça », a lâché Koke après la rencontre. Schär et Akanji s'en souviendront Le gardien espagnol a d'abord stoppé le tir de Schär, en plongeant sur sa droite. Son équipier Rodri n'a pas pu faire passer la Seleccion en tête à cause d'un Sommer malin, qui l'avait peut-être perturbé en se décalant et écartant le bras droit. Le Suisse « aurait mérité le titre d'homme du match », selon Unai Simon, qui a été élu à sa place. Sous pression, le portier basque s'est ensuite jeté sur sa droite pour détourner la tentative d'Akanji, au sol. De quoi pointer le doigt en direction du banc, triomphant. Mikel Oyarzabal, à propos d'Unai Simon « Je savais que cela allait être son jour » Malgré son match catastrophique, Gerard Moreno a marqué, donnant enfin l'avantage à son équipe : « On s'est entraîné à cet exercice, cela a payé », a-t-il lâché. Peut-être impressionné par les deux arrêts précédents de Simon, le jeune Vargas a trop forcé sa frappe, qui est passée au-dessus du but. Sur le coup, le gardien espagnol paraissait encore sur la trajectoire ! « J'en ai déjà arrêté deux face au Betis Séville plus tôt dans la saison en Coupe d'Espagne (1-1, 4-1 t.a.b.), a rappelé celui qui avait entamé la séance par un grand sourire à son homologue helvète. Depuis que je suis petit, je suis performant dans ce domaine. » « Je savais que cela allait être son jour. Mais David De Gea, Robert Sanchez, José Manuel Ochotorena (l'entraîneur des gardiens) ont aussi leur rôle dans ce succès », a assuré Oyarzabal, qui a envoyé son pays dans le dernier carré en marquant sur sa droite, prenant Sommer à contre-pied. Le poing serré, sautillant, le joueur de la Real Sociedad s'est précipité sur Unai Simon, accroupi à gauche du terrain. Les deux joueurs ont ensuite été ensevelis par toute l'équipe. Le bras en l'air, Luis Enrique a été salué par Pau Torres avant d'être mis au sol par Unai Simon, dans l'hilarité générale. « Cela a été la séance de tirs au but la plus tranquille de ma carrière, a-t-il ensuite assuré, un brin provocateur. Tout a été travaillé en amont et nous avions procédé aux changements en pensant à cela. Je suis très heureux qu'Unai soit le héros du jour. » Un bel hommage pour Simon, soldat de Luis Enrique.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles