Foot - Euro - Euro 2021, édition spéciale buts contre son camp

·2 min de lecture

Depuis le début de l'Euro, dix buts contre son camp ont été inscrits. C'est plus que lors de toutes les éditions précédentes confondues.

Dix buts contre son camp, c'est du jamais-vu dans l'histoire de l'Euro. Et pour cause. Avant l'édition 2021, depuis 1960 et la création du tournoi, toutes éditions confondues, seulement neuf c.s.c. avaient été inscrits. Entre pures bourdes de gardien et erreurs quasiment inévitables, petit tour d'horizon du phénomène de l'été.

Une répartition équitable
Mis à part les attaquants, qui n'ont pas encore scoré dans leurs propres filets, les c.s.c. sont assez également répartis entre les différents postes. Par trois fois, un gardien a poussé le ballon dans son propre but, dont la très étonnante manchette du Slovaque Martin Dubravka face à l'Espagne (5-0).

Souvent proches de leur but, ce sont les défenseurs qui ont le plus souvent trompé leur gardien, à quatre reprises. Avec, dès le match d'ouverture, un c.s.c. du central turc Merih Demiral, qui a permis à l'Italie d'inscrire le premier but de la compétition. Enfin, trois milieux de terrain ont inscrit un but contre leur camp, parmi lesquels le malheureux Pedri, de près de 40 mètres contre la Croatie (5-3).

Des buts pas toujours décisifs
Malgré dix c.s.c., les malheureux buteurs ont peu souvent puni leur équipe. Seul le défenseur allemand Mats Hummels a fait complètement basculer le match face à l'équipe de France (0-1). En voulant couper un centre de Lucas Hernandez, il a propulsé le ballon dans la lucarne de Manuel Neuer.

Dans trois autres cas, les buts ont contribué à changer le résultat, sans qu'ils soient le seul moment décisif du match. Lors de Portugal-Allemagne (2-4) les deux premiers buts allemands ont été des c.s.c. (Dias 35e et Guerreiro 39e). Lors de Pologne-Slovaquie (1-2), le premier but slovaque a été inscrit involontairement par le portier polonais Szczsny (18e). Enfin, sur le dernier en date, Denis Zakaria a permis à la Roja d'ouvrir le score pendant Suisse-Espagne, vendredi en quarts de finale (1-1 a.p., 1 tab à 3).

Dans les autres configurations, soit les auteurs de c.s.c. n'ont fait qu'aggraver le score, comme le milieu slovaque Juraj Kucka face à l'Espagne (5-0), soit ils n'ont pas empêché leur équipe de s'imposer, à l'image de Pedri face à la Croatie, qui a vu son équipe s'imposer 5-3 après prolongation.

lire aussi
Reportage : sur les traces de Christian Eriksen au Danemark

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles