Foot - Euro - L'Euro, un vrai casse-tête pour Europol

·1 min de lecture

L'agence de police Europol s'attend à de grosses difficultés pour gérer la sécurité, les cyberattaques et les trafics de tests Covid-19 lors de l'Euro qui va se dérouler dans onze pays différents. L'organisation de l'Euro dans onze pays différents pendant une pandémie pose de sérieux risques pour la sécurité des policiers à travers l'Europe, a avancé jeudi l'agence de police Europol. « Le Championnat d'Europe est d'une complexité sans précédent », a déclaré la directrice exécutive d'Europol, Catherine de Bolle, lors d'une conférence de presse. lire aussi Toute l'actualité de l'Euro « C'est le premier événement jamais organisé par onze pays différents, au lieu d'un ou deux seulement. C'est aussi le premier événement (sportif) à grande échelle organisé pendant la pandémie de Covid-19. Tout cela présente des défis de sécurité importants. » 40 policiers de 22 pays différents Pour rationaliser les renseignements sur les menaces potentielles lors de l'Euro, qui débute vendredi à Rome, Europol accueillera une équipe d'environ 40 policiers de 22 pays européens à son siège néerlandais de La Haye au cours du mois à venir. lire aussi Le calendrier de l'Euro Ils essaieront de soutenir la police locale en partageant toutes les informations pertinentes sur les menaces allant du terrorisme et des cyberattaques au trafic de tests Covid-19 contrefaits et à la fraude aux billets. « L'aspect le plus difficile de ce tournoi est le nombre de déplacements des supporters », a déclaré le chef du centre de coopération, Max Daniel. « À cause de Covid, je pense que le nombre de hooligans sera limité. Mais c'est toujours difficile pour nous car la plupart d'entre eux voyageront en voiture, et il y aura beaucoup plus de mouvements car nous jouons dans plusieurs pays. »