Foot - Euro - L'UEFA a envoyé « un mauvais signal » en interdisant les couleurs arc-en-ciel à Munich, selon Heiko Maas

·2 min de lecture

Selon le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas, l'UEFA a eu tort d'interdire à la ville de Munich d'éclairer l'Allianz Arena aux couleurs arc-en-ciel mercredi, pour le match contre la Hongrie. Le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas, a regretté mercredi que l'UEFA ait envoyé un « mauvais signal » en refusant à la ville de Munich d'éclairer mercredi son stade aux couleurs arc-en-ciel de la communauté LGBT pour protester contre la politique de la Hongrie envers les minorités sexuelles. Ladite loi, adoptée le 15 juin, prévoit que « la pornographie et les contenus qui représentent la sexualité ou promeuvent la déviation de l'identité de genre, le changement de sexe et l'homosexualité ne doivent pas être accessibles aux moins de 18 ans ». lire aussi Le drapeau arc-en-ciel, une présence encore timide dans le foot « C'est vrai, le terrain de football n'a rien à voir avec la politique. Il s'agit de personnes, d'équité, de tolérance. C'est pourquoi l'UEFA envoie le mauvais signal, a tweeté Maas. Mais heureusement, vous pouvez encore afficher vos couleurs aujourd'hui - à l'intérieur et à l'extérieur du stade. »

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

La décision de l'UEFA a déchaîné les critiques et suscité un mouvement de solidarité en Allemagne. En réaction, le maire de Munich, Dieter Reiter, a annoncé que plusieurs sites emblématiques de la ville - dont une tour et une éolienne visibles depuis l'Allianz Arena - se pareraient des couleurs de l'arc-en-ciel mercredi soir. Avant le match, les organisateurs de la marche des fiertés de Munich, associés à Amnesty International, prévoient de distribuer 11 000 drapeaux arc-en-ciel aux spectateurs (seules 14 000 places seront occupées, en raison des restrictions dues au Covid-19). Le secrétaire d'État français aux Affaires européennes Clément Beaune à propos de l'UEFA « Sa décision de refus est aussi une décision politique » Si l'UEFA se présente comme « politiquement et religieusement neutre », « sa décision de refus est aussi une décision politique », selon le secrétaire d'État français aux Affaires européennes Clément Beaune, invité à réagir au micro de France Inter mercredi matin. lire aussi La France « regrette » le refus de l'UEFA d'illuminer à l'Euro le stade de Munich en arc-en-ciel « Si elle pensait que tout cela était neutre, cela ne susciterait pas l'émotion et la polémique qu'on voit depuis vingt-quatre heures, a répliqué Beaune. Défendre l'égalité, ce n'est pas attaquer telle ou telle loi du gouvernement hongrois, ce n'est pas une opinion politique. Ce sont des valeurs fondamentales qui sont dans les chartes sportives, dans les traités européens. » Des stades hongrois aux couleurs... du drapeau national À l'image du président de Ferencvaros Gabor Kubatov, qui a appelé à « colorer tous les stades en rouge-blanc-vert » dans un message publié mercredi sur Facebook, plusieurs clubs hongrois ont prévu d'éclairer leur stade aux couleurs du drapeau... national mercredi. Le ministre hongrois des Affaires étrangères Peter Szijjarto a salué mardi « une bonne décision de l'UEFA », qui a selon lui refusé de « participer à ce qui aurait été une provocation politique envers la Hongrie ». Le Premier ministre souverainiste Viktor Orban, qui a promis l'instauration d'une « nouvelle ère » culturelle illibérale, a durci au fil des ans la législation contre les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles