Foot - Euro - Revue de presse - Revue de presse : l'Italie séduit l'Europe après sa victoire face à la Belgique

·2 min de lecture

En Europe, et notamment en Italie, les médias ont été conquis par la performance de l'Italie en quarts de finale de l'Euro contre la Belgique (2-1). Les Diables Rouges sont quant à eux présentés comme une génération dorée sans titre. « Londres nous arrivons ! », a fièrement lancé la Gazzetta dello Sport dans son édition du jour au lendemain de la victoire très convaincante de l'Italie en quarts de finale de l'Euro face à la Belgique (2-1). Le quotidien transalpin poursuit : « Une Italie comme celle-ci ne doit avoir peur de personne, les Azzurri savent jouer, attaquer, défendre, souffrir. Mancini n'a pas de phénomènes, mais unis ils le deviennent ». Dans le sillage de la Gazzetta, l'ensemble de la presse italienne s'est emballé après la très belle performance de la Nazionale. « Vous êtes belle » a titré en une le journal Tuttosport qui retient autant le résultat que la manière employée par « une Italie capable de s'exalter dans le jeu et de se tasser dans la souffrance. » Même son de cloche du côté du Corriere dello Sport qui rappelle que la sélection revient de très loin : « Dites-moi que c'est vrai, cher lecteur. Dites-moi que nous sommes demi-finalistes européens, parmi les quatre premiers du continent, nous qui, il y a seulement trois ans, étions les grands exclus de tout ». En Espagne, futur adversaire de l'Italie en demi-finales mardi, les médias ont commencé par rappeler que la confrontation serait la quatrième d'affilée lors d'un Championnat d'Europe après 2008 (victoire de l'Espagne aux tirs au but en quarts), 2012 (victoire de l'Espagne 4-0 en finale) et 2016 (victoire de l'Italie 2-0 en huitièmes). Mais contrairement aux précédentes éditions, la Roja ne part pas favorite. « Ce ne sera pas une tâche facile », confirme Sport avant de mettre l'accent sur la perte de Leonardo Spinazzola, victime d'une rupture du tendon d'Achille vendredi et qui était « l'un des joueurs en forme de Mancini. » Mundo Deportivo décrit quant à lui une Italie « forte sous toutes ses facettes. Un colosse qui est de retour après son absence de la Coupe du monde en Russie 2018. Et avec la vocation de pratiquer un bon football. » Côté Belge, si on reconnaît la supériorité italienne, « trop forte, trop bonne, trop intelligente » pour De Morgen ; « un champion d'Europe potentiel » selon Le Soir, on préfère pointer du doigt la nouvelle désillusion de « cette génération dorée. » Ainsi, le média belge a fait sa une avec une photo de Romelu Lukaku face contre pelouse accompagnée du titre « Encore raté ».

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles