Foot - Euro - SUI - Manuel Akanji avant France-Suisse : « Il ne faudra pas se cacher »

·1 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Manuel Akanji, défenseur central de la Suisse, promet que la Nati ne se contentera pas seulement de défendre lors du huitième de finale face aux Bleus, à Bucarest, lundi soir (21 heures). Invité à s'exprimer en zone mixte ce vendredi soir après l'un des deux entraînements à huis clos de la Suisse sur le territoire roumain, Manuel Akanji (25 ans), défenseur central de la Nati, mesure la tâche qui l'attend face aux attaquants de l'équipe de France, lundi. « Il est évident que Benzema, Griezmann et Mbappé sont des joueurs exceptionnels. Il va falloir défendre à un niveau optimal contre eux, en espérant que cela suffira. » lire aussi Les Bleus ont travaillé une défense à trois avec Clément Lenglet avant France-Suisse Manuel Akanji, défenseur de la Suisse « Tout faire pour déranger les Français et ne pas les laisser jouer » Pour le défenseur du Borussia Dortmund (ALL), la Suisse aura sa chance. « Nous avons nos acquis tactiquement parlant. Et ce que l'on met en place, c'est dans l'objectif de passer en quarts de finale. » En se préparant à jouer de manière plus défensive ? « Je ne vais pas vous dire ce que l'on prépare, sourit Akanji. C'est vrai qu'on aime jouer haut, avec un pressing fort et tenir le ballon, et que beaucoup de choses n'ont pas fonctionné devant l'Italie(0-3, le 16 juin). Mais nous savons également jouer bas et nous sommes capables de réagir et de gommer nos erreurs. On l'a prouvé lors du match suivant contre la Turquie(3-1, le 20 juin). On va se servir des bonnes et des moins bonnes choses que l'on a faites dans cet Euro, tout faire pour déranger les Français et ne pas les laisser jouer. » Manuel Akanji, défenseur de la Suisse « On a toujours démontré qu'on n'avait jamais peur de personne » Le fait que la Nati dispose de deux jours supplémentaires que les Bleus pour préparer ce huitième de finale « ne constitue pas un avantage pour la Suisse. O.-K., mais la France a cinq jours (de récupération depuis le match contre le Portugal, mercredi, 2-2). C'est largement suffisant pour récupérer, se préparer et être en forme. Entre nos deux matches à Bakou et celui à Rome, on a effectué beaucoup de voyages, rappelle l'international helvète aux 33 sélections depuis 2017 et aux 1 000 kilomètres déjà avalés en avion depuis le début de cet Euro. C'est fatigant, mais on sera prêts. Et puis, étant donné que le coup d'envoi sera à 22 heures (heure de Roumanie), il fera moins chaud. En tout cas, ce sera la même température que pour les Français. » lire aussi Toute l'actu de l'Euro En définitive, plus que l'aspect tactique ou physique, c'est le mental qui fera la différence, toujours selon lui. Or, de ce point de vue, Akanji ne nourrit aucune inquiétude. « La Suisse est une équipe dotée d'un vrai état d'esprit. On a toujours démontré qu'on n'avait jamais peur de personne en entrant sur le terrain et on va encore le prouver contre la France. Il ne faudra pas se cacher, faire preuve de courage et aller de l'avant. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles