Foot - Euro - SUI - Vladimir Petkovic (sélectionneur de la Suisse), avant le match contre les Bleus : « Dépasser nos limites »

·1 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Vladimir Petkovic, sélectionneur de la Suisse, estime que ses joueurs vont devoir aller au bout d'eux-mêmes s'ils veulent avoir une chance d'éliminer l'équipe de France en huitièmes de finale, à Bucarest, lundi soir (21 heures). Mains sagement posées sur la table, yeux bleus perçants et barbe de trois jours, Vladimir Petkovic (57 ans) est apparu très concentré lors de sa conférence de presse de veille de match, ce dimanche après-midi. Un peu tendu tout de même, le sélectionneur de la Suisse ? Non, désireux de « prouver sur le terrain que l'on fait du bon travail. Pendant plusieurs jours, on ne savait pas où et contre qui on allait jouer. Et puis, ces deux derniers jours, j'ai vu une montée en pression mentale et physique de mon équipe. C'est ce que j'attends. Après avoir traversé des moments difficiles, comme contre l'Italie (0-3, le 16 juin), On est plus soudés. Cela nous a permis refaire un pas en avant (3-1 devant la Turquie, le 20 juin). Comme demain... » Vladimir Petkovic, sélectionneur de la Suisse. « Il faut respecter notre mentalité, notre adversaire et toujours y croire » Pour y parvenir contre les Bleus, le Bosno-Suisse, en poste depuis sept ans, compte s'appuyer notamment sur les deux derniers huitièmes de finale malheureux de la Nati. « On aurait mérité de gagner contre la Pologne, lors de l'Euro 2016, se souvient « Vlado ». Mais pour cela, il faut un peu de chance lors de la séance des tirs au but et on n'en a pas eu (1-1, 4-5 aux t.a.b.). En 2018, contre la Suède (0-1), on était moins prêts d'un point de vue mental. On a beaucoup appris depuis comment gérer ce type de match et cela peut nous servir contre la France. Car il faut toujours se tourner vers le présent, pas le passé. C'est pourquoi on va essayer de se qualifier lundi soir. Il faut respecter notre mentalité, notre adversaire et toujours y croire. » Pour Petkovic, la perspective de voir les Bleus diminués par des absences ne changera pas la donne de ce huitième de finale. « Didier Deschamps a tellement de bons joueurs dans son groupe qu'il a le choix pour les remplacer. De notre côté, il faudra trouver notre propre système et augmenter notre capacité de percussion. Car si on joue à 100 % et les Français aussi, cela ne suffira pas pour nous qualifier. Il faudra dépasser nos limites, en espérant que la France ne sera pas à 100 %. » Là, Petkovic a souri.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles