Foot - Féminin - L'Entente Beaumont-Mours parie sur les féminines

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·4 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Les difficultés liées au Covid-19 n'ont pas empêché l'Entente Beaumont-Mours, un petit club du Val-d'Oise, de relancer sa section féminine marrainée par Wendie Renard. Son nombre de licenciés a augmenté notamment grâce à la signature de 50 joueuses.

Le stade Gilles-Degenève est un stade comme il en existe des milliers en France, avec sa buvette, son terrain d'honneur ceinturé d'une piste d'athlétisme, sa tribune unique d'un côté, des pavillons de l'autre et ce deuxième terrain qui aurait bien besoin d'un petit rafraîchissement. Mardi dernier la paisible enceinte de Beaumont-sur-Oise est sortie de sa tranquillité durant les trois heures de la réception de Wendie Renard. La capitaine de l'OL et défenseuse de l'équipe de France était de passage pour officialiser son statut de marraine de la section féminine de l'Entente Beaumont-Mours (EBM).


Dès 17 heures, une centaine d'enfants (et quelques parents) font la queue pour obtenir un autographe et/ou une photo avec la Martiniquaise. Casquette blanche sur la tête, masque noir sur la bouche et le nez, Renard va passer plus deux heures à signer et à poser sans montrer le moindre signe d'agacement ou d'impatience malgré le vent et le froid de plus en plus saisissant à mesure que le jour déclinait.

Sagement assises sur un banc après avoir obtenu leur sésame, Tianna, Eden, Aïssatou et Maïssa, âgées entre 9 et 10 ans, n'en reviennent toujours pas d'avoir pu côtoyer la joueuse de l'équipe de France. Eden, maillot des Bleues à pois sur le dos, parvient toute de même à rassembler ses esprits : « J'étais au Parc des Princes l'an dernier pour France - Corée du Sud, je l'ai vue, elle est trop belle, mais surtout elle est trop forte ! J'étais tellement stressée quand je l'ai vue de près, que j'ai cru que j'allais tomber dans les pommes. »

Eden va pourtant devoir s'habituer à croiser son idole. La capitaine de l'OL a accepté de remplir ce rôle à la demande de l'une de ses amies qui travaille au sein de la mairie de la petite commune Val d'Oise, située à 60 km au nord de Paris. Cette association va donner un coup de booste au club qui avait dû mettre en sommeil sa section féminine la saison dernière à cause de problème d'encadrement. « Cette saison, nous avons décidé de la relancer et nous avons mis les moyens », assure Sofiane Belgacem, président de l'EBM depuis six ans du club. Une dizaine d'éducateurs encadrent ainsi les équipes qui vont des U6 aux seniors. En ces temps de crise sanitaire liée au Covid 19 où les licenciés sont plus difficiles à retenir et où les féminines ne sont pas vraiment la priorité dans beaucoup de clubs, l'EBM semble avoir parfaitement réussi son contre-pied. « Nous avons eu une augmentation autant chez les garçons que chez les filles, se félicite le président dont le club compte 220 licenciés dont 50 filles. Nous devons cela au travail accompli par toute l'équipe dirigeante. Le fait d'avoir fait le choix de ne pas augmenter le prix de nos cotisations, contrairement à d'autres clubs aux alentours, a aussi joué en notre faveur. »

L'Entente Beaumont-Mours - qui va devoir batailler avec les voisins de Domont, Herblay ou encore l'Isle-Adam qui possèdent des équipes féminines habituées à briller - ne veut pas faire les choses à moitié et compte réellement sur le « marrainage » de Wendie Renard pour booster les inscriptions au sein du club. « C'est un gros gain pour nous en termes d'image, reconnaît Silemane Wagué, qui dirige la section féminine. Cela permet d'accentuer notre projet et de nous aider à recruter pour renforcer notre section. » L'EBM ne cache pas ses ambitions : « Nous voulons talonner Chambly (situé à dix minutes) qui nous fait de l'ombre et devenir un club moteur dans le Val-d'Oise. »

Abder Guerzou, l'adjoint au maire en charge des sports et de la vie associative se réjouit évidemment de ce coup de projecteur sur ce club fondé en 1967. « Ça fait plaisir de voir des étoiles dans les yeux des enfants, s'enthousiasme-t-il. Wendie Renard représente un exemple de réussite. Ce n'est pas un one-shot, on veut travailler sur l'avenir, qu'elle puisse accompagner les joueuses. »

Après avoir signé une centaine d'autographes, la Lyonnaise a tenu à faire dire quelques mots autour des valeurs du sport à l'attention des dizaines de courageux qui avaient bravé le froid pour profiter jusqu'au bout de sa présence. « Rien n'est facile dans la vie, a prévenu Renard. C'est à vous, les jeunes, de savoir ce que vous voulez faire. Prenez du plaisir mais travailler, car rien n'arrive par hasard, il faut se donner les moyens. » Qui sait si la future Wendie Renard n'a pas écouté ce discours assise dans la tribune du stade Gilles-Degeneves lors de ce premier mardi frisquet d'octobre ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles