Foot - FFF - Battu dans la bataille pour la présidence de la FFF, Michel Moulin donne rendez-vous « dans quatre ans »

L'Equipe.fr
·1 min de lecture

Michel Moulin, candidat malheureux à la présidence de la FFF face à Noël Le Graët, réélu samedi, et Frédéric Thiriez, se dit « déçu » mais heureux d'avoir « secoué le cocotier ». Et pense déjà à la prochaine élection. Michel Moulin, candidat à la présidence de la Fédération française de football, battu par Noël Le Graët : « Quand on rentre pour faire une campagne, si on est battus, on ne peut qu'être déçu. Le système électoral était compliqué. Le score (1,87 %) n'est pas le plus important pour moi. Le plus important, c'est d'avoir amené des idées. J'espère que les gens qui vont gouverner aujourd'hui prendront certaines de mes idées, car ce sera bien pour le football. lire aussi Noël Le Graët réélu à la présidence de la FFF J'ai voulu secouer le cocotier, mais je ne suis pas un homme politique. Je suis un chef d'entreprise. Je trouve que ce qu'on a fait, c'est bien, et M. Le Graët l'a reconnu. Michel Moulin, candidat battu à la présidence de la FFF « C'est la première fois, on sait les erreurs qu'on a pu faire, les points positifs, on verra dans quatre ans » Je ne lâche jamais, je ne vais surtout pas lâcher Blois (il est actionnaire du club de National 2). C'est la première fois, on sait les erreurs qu'on a pu faire, les points positifs, on verra dans quatre ans. On s'est régalés, j'ai pris beaucoup de plaisir, c'est le plus important, le score est anecdotique. Je n'avais jamais fait d'élection, je sais ce que c'est aujourd'hui. » lire aussi Le Graët : « Le score est net »