Foot - FIFA - Le vol en jet privé qui embarrasse Infantino

L'Equipe.fr
L’Equipe

Selon le quotidien allemand « Süddeutsche Zeitung », le président de la Fédération internationale aurait obtenu un vol privé en s'appuyant notamment sur un rendez-vous qui n'aurait pas été fixé. Dans son édition de ce week-end, le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung révèle une nouvelle affaire qui vise Gianni Infantino. En avril 2017, le président de la Fédération internationale (FIFA) a effectué un voyage au Surinam, du côté de Paramaribo, au terme d'une tournée en Amérique du sud. FIFA : Gianni Infantino visé par une plainte à Berne Le quotidien de Munich s´est procuré un échange de mails interne à la FIFA qui montre que le vol retour jusqu'à Zurich s'est fait avec un jet privé en échange d'une somme à six chiffres. La FIFA n'a pas démenti ce montant exorbitant. Infantino aurait usé de tout son pouvoir pour valider et justifier cette décision avec un mensonge qui pourrait au final lui coûter cher. Le 11 avril 2017, Mattias Grafström, l'un des assistants d'Infantino, contacte Tomas Vesel, le responsable du comité d'audit et de conformité à la Fédération internationale, pour lui indiquer que le vol retour régulier KLM du Surinam vers la Suisse initialement prévu est reporté de vingt-quatre heures à cause de problèmes techniques : « Afin que le président puisse répondre à ses rendez-vous au Surinam, puis à Genève dès le lendemain, nous avons travaillé sur toutes les solutions alternatives possibles, mais il n´en existe pas d'autre que celle d'opter pour un jet privé. » Réponse d'un responsable de la FIFA à propos de la demande de jet privé « Cette situation me paraît inconfortable » Quarante-trois minutes plus tard, Vesel lui répond : « Cette situation me paraît inconfortable et elle exige une réponse immédiate. Soyez aimables et communiquez-moi des informations plus précises sur votre agenda sur place et en Europe les jours suivants. » Quelques jours plus tard, Vesel veut savoir de quels rendez-vous il s'agit exactement et dans quels lieux. Il est surtout question du rendez-vous du 12 avril en Europe qui justifiait ce retour rapide et forcé. « Le 12 avril à 14 h, le président de la FIFA doit rencontrer son homologue de l'UEFA à Nyon, puis répondre à un autre rendez-vous dans la foulée du côté de Genève », écrit Grafström. Mais il n'y a jamais eu de rendez-vous planifié entre Infantino et Alexander Ceferin ce jour-là. « Il s'agit d'une pure invention, d'un mensonge », poursuit le Süddeutsche Zeitung. Ce 12 avril 2017, Ceferin se trouvait en déplacement à Erevan en Arménie, à quatre heures et demie de vol de Nyon avec plusieurs rendez-vous au programme : rencontre avec le chef de l´état arménien, l'inauguration d´une nouvelle académie, la visite d'une cathédrale et une fabrique d'eau-de-vie. Contacté par mail par le quotidien allemand, Vesel s'est contenté de rétorquer : « C'est quasiment impossible de répondre à toute vos questions en si peu de temps, surtout par rapport au fait que je suis actuellement focalisé sur la situation liée au Covid-19. Je dois consulter les archives, ainsi que les conditions afin de procéder à des vérifications. Tout cela remontre tout de même à trois ans en arrière. » Vesel n'a pas répondu aux nombreuses questions posées, et notamment celle concernant une concertation avec Infantino et leurs homologues de l'UEFA pour élaborer un éventuel mensonge.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi