Foot - Quand les footballeurs doivent s'excuser auprès de leurs supporters

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Coupable d'avoir ri avec ses ex-coéquipiers de Chelsea après l'élimination de son club en demies de la Ligue des champions, Eden Hazard a présenté ses excuses aux supporters du Real Madrid. Florilège des « pardon, chers fans ».

Pardon pour mon maillot nîmois
Jordan Ferri, 2020

Une semaine après le derby perdu à domicile face à Nîmes (0-1), le milieu de terrain montpelliérain et ex-joueur nîmois Jordan Ferri publie une story Instagram depuis la salle de sport. Problème : on l'y voit s'entraîner avec un maillot des Crocos sur le dos. Le web s'enflamme, le Pailladin éteint aussitôt le feu : « Je suis en week-end avec mon ami, il veut aller faire du sport. Comme je n'ai pas de tenue, il me prête un de mes anciens maillots. Si cette story est mal interprétée, je m'en excuse, n'y voyez aucun manque de respect. »

Pardon pour ma vidéo pas très drôle
Bastian Schweinsteiger, 2014

Deux jours après la victoire de l'Allemagne en Coupe du monde, le milieu de terrain de la Mannschaft Bastian Schweinsteiger célèbre en privé le titre avec des amis. Enfin, en privé, c'est vite dit car une vidéo d'une minute montrant la star du Bayern Munich entonnant un chant offensant à l'égard du Borussia Dortmund émerge sur le net. « Je voudrais demander pardon aux fans, aux responsables et aux joueurs du Borussia Dortmund, explique "Schweini" le lendemain sur sa page Facebook. C'est une chanson de supporters bien connue, mais avec cette insulte, je ne voulais blesser personne. »

Pardon pour mes blessures à répétition
Javier Pastore, 2016

À peine revient-il de plusieurs semaines d'absence pour une blessure au mollet que Pastore doit sortir au bout de dix minutes de jeu contre Nantes. Le pépin de trop pour l'Argentin, qui lance un vibrant cri du coeur à ses supporters sur Instagram : « Cela fait plus d'un an que je suis gêné par des problèmes physiques et je peux vous garantir que ce n'est pas simple à gérer de ne pas pouvoir être en mesure de jouer au foot, qui est la chose qui me rend le plus heureux. Je présente mes excuses aux supporters du PSG et je leur suis reconnaissant pour le soutien qu'ils me donnent depuis toujours. »

Pardon pour mon tir au but raté
Juanfran, 2016

Déjà finaliste malheureux de la Ligue des champions en 2014, le défenseur de l'Atlético de Madrid Juanfran se voit confier, à la suite de la défection de son coéquipier Yannick Ferreira Carrasco, le quatrième tir au but de la finale 2016 face au Real Madrid (1-1, 3-5 aux t.a.b.). Tir au but qu'il est le seul de son camp à manquer, sonnant le glas des espoirs des Colchoneros. « J'ai demandé à m'adresser à vous par cette lettre pour vous dire que je suis désolé, explique le latéral droit, le lendemain, sur le site officiel du club. Voir mes larmes se refléter sur des milliers de visages rojiblancos m'a permis de surpasser cette terrible tristesse qui m'inondait. »

Pardon pour mon salut nazi
Mark Bosnich, 1996

« Klinsmann, Klinsmann », crient les fans de Tottenham pour titiller le gardien d'Aston Villa Mark Bosnich, coupable d'une charge musclée contre l'international allemand des Spurs deux saisons plus tôt. Le portier regarde la foule et répond... d'un salut nazi. « Si j'ai blessé des supporters, j'en suis vraiment désolé. Tout ce que j'ai essayé de faire, c'est une mimique comique », s'est piteusement excusé Bosnich, sorti en larmes de l'interrogatoire de police qui l'attendait après la rencontre.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles