Foot - Les héros inattendus de l'Euro

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le Portugais Eder, le Grec Charisteas, le Danois Larsen... Ces joueurs ont marqué l'histoire de l'Euro alors que personne ne les avait vus venir. À qui le tour cette année?

Eder, Portugal, Euro 2016
Le bourreau des Bleus a choisi la 109e minute de la finale pour inscrire son seul but en match officiel avec le Portugal. Et c'est la France qui l'a relancé juste avant le tournoi. Après six mois ratés à Swansea, l'attaquant est prêté à Lille, où il inscrit 6 buts en 13 matches. Second, voire troisième couteau offensif pendant l'Euro, il joue deux bouts de partie en poules puis disparaît, jusqu'à son entrée en jeu à la 79e minute de la finale. Avec le Lokomotiv Moscou, Eder devient, en 2018, champion de Russie et inscrit encore le but du titre. Sa dernière sélection remonte à novembre 2018.

Angelos Charisteas, Grèce, Euro 2004

Le Werder Brême vient de réaliser le doublé Bundesliga-Coupe d'Allemagne, mais l'attaquant grec, auteur de 7 buts, y cire le banc. À l'Euro, remporté par sa sélection à la surprise générale, il en marque trois, notamment en quarts contre la France, tenante du titre (1-0), ainsi que l'unique but de la finale face à l'hôte portugais. Après un passage mitigé à l'Ajax et une pige en Ligue 1 à Arles-Avignon, il finit sa carrière en Arabie saoudite. Fin 2020, il quitte ses fonctions de directeur sportif à l'Aris Salonique, où il a débuté.

Wilfried Van Moer, Belgique, Euro 1980

Triple champion de Belgique avec le Standard de Liège entre 1969 et 1971, Van Moer participe au retour des Diables Rouges au Mondial 1970, après seize ans d'absence. Gêné par des blessures au genou, il disparaît de la sélection en 1974 avant d'être rappelé en 1979, pour disputer l'Euro... à 35 ans. Le vétéran est l'inespéré chef de file d'une Belgique qui atteint la finale, battue de peu par la RFA (1-2). Le héros belge raccroche après le Mondial 1982. Il effectuera en 1996 un passage éclair et mitigé à la tête de la sélection (5 matches).

Henrik Larsen, Danemark, Euro 1992

Le joueur surprise d'une sélection surprise. Le Danemark n'aurait jamais dû disputer l'Euro suédois mais la Yougoslavie, alors en pleine guerre, est exclue avant le tournoi. Au premier tour, après un nul et une défaite, Larsen débloque le score face à la France (2-1) et ouvre le dernier carré aux Danois. Il récidive en demies avec un doublé face aux Pays-Bas, tenants du titre (2-2), battus aux tirs au but, avant le sacre final. Le modeste joueur du Lyngby BK termine meilleur réalisateur de la compétition avec trois buts. Il en aura inscrit cinq dans toute sa carrière internationale, achevée en 1996.

Marcos Senna, Espagne, Euro 2008

Naturalisé espagnol en 2006, le joueur d'origine brésilienne trouve sa place lors de l'Euro 2008 comme sentinelle au sein d'un milieu XXL (Xavi, Iniesta, David Silva) et devient l'un des cadres lors du tournoi remporté par la Roja. Senna figure dans l'équipe type de l'UEFA pour cet Euro et est sacré meilleur joueur de la compétition par la Gazzetta. Souvent blessé et moins performant, le milieu aux 28 sélections ne sera pas des triomphes espagnols qui suivront au Mondial 2010 et à l'Euro 2012.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles