Foot - ITA - AS Rome - José Mourinho, lors de sa présentation comme entraîneur de l'AS Rome : « Ce qui pour moi est une catastrophe, d'autres ne l'ont pas fait dans leur vie »

·1 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La conférence de présentation de José Mourinho en tant que nouvel entraîneur de l'AS Rome a été l'occasion pour lui de revenir sur l'aura dont il dispose en Italie mais aussi sur son image écornée après ses passages mitigés sur les bancs de Manchester United et Tottenham. Le 4 mai dernier, José Mourinho s'est engagé avec l'AS Rome pour trois ans, signant ainsi son grand retour en Serie A, onze ans après son triplé historique avec l'Inter (Championnat, Coupe d'Italie, Ligue des Champions). Fort de ce souvenir, il revient confiant. Lors de sa présentation officielle, jeudi, il a même eu une pensée pour Antonio Conte, champion avec l'Inter en mai : « Dans certains clubs, il y a des entraîneurs intouchables. À Rome, personne ne peut parler de (Nils) Liedholm (champion d'Italie en 1983) ou de (Fabio) Capello (champion en 2001). À l'Inter, personne ne peut se comparer à (Helenio) Herrera ou à moi. » José Mourinho « Ce qui pour moi est une catastrophe, d'autres ne l'ont pas fait dans leur vie » « The Special One » a profité aussi de cette conférence de presse pour répondre aux critiques qui visent son dernier passage mitigé en Angleterre. « Je suis victime de ce que j'ai fait. À United j'ai gagné trois titres (Ligue Europa, Coupe de la Ligue, Community Shield) et ils ont dit que c'était un désastre, à Tottenham j'ai réalisé une finale de Coupe qu'ils ne m'ont pas laissé jouer. [...] À ceux qui disent que je rétrograde, je ne réponds rien. Ce qui pour moi est une catastrophe, d'autres ne l'ont pas fait dans leur vie. » lire aussi De Porto à Rome, retour sur le parcours en club de José Mourinho Le successeur de Paulo Fonseca entend construire un projet durable avec l'AS Rome, et mettre à bien ces trois ans pour ramener le club (7e la saison dernière) en haut du classement, mais aussi redonner tout son prestige à la Serie A : « Peut-être que l'Italie gagnera l'Euro et la grande majorité de ses joueurs sont dans ce championnat. Si à l'étranger elle n'est pas perçue comme une ligue de haut niveau, c'est de notre faute : nous devons tous donner plus. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles