Foot - ITA - Atalanta - Papu Gomez : « Gasperini a essayé de me frapper »

·1 min de lecture

Parti de l'Atalanta, où il jouait depuis 2014, à Séville, Papu Gomez s'est livré dans la « Gazzetta » ce mercredi sur les conditions de son départ. Pour Papu Gomez et pour les supporters de l'Atalanta Bergame, son départ a été un déchirement. Transféré au Séville FC en janvier 2021 pour 5 M€, le meneur argentin (33 ans) est parti meurtri, à la suite d'une altercation avec son entraîneur Gian Piero Gasperini. lire aussi Papu Gomez - Gasperini : un clash au sommet de l'Atalanta Contraint au silence, le capitaine bergamasque écrivait en décembre aux supporters : « Je voulais vous dire que quand je m'en irai, on saura toute la vérité ». Mais depuis, silence radio, avant un entretien publié ce mercredi dans la Gazzetta dello Sport, où Papu livre dans les détails les raisons de son départ. La scène s'est tenue lors du match retour face à Midtjylland (1-1, le 1er décembre) en phase de groupes de la Ligue des champions : « Il restait 10 minutes en première mi-temps, Gasperini m'a demandé de me déplacer à droite, mais je jouais très bien à gauche. Alors je lui ai dit non. Imaginez ce que cela signifie, sur le terrain aujourd'hui, avec toutes les caméras. Je savais que l'entraîneur serait en colère, qu'il me retirerait à la mi-temps et effectivement il l'a fait. » Papu Gomez à propos de l'altercation avec Gian Piero Gasperini le 1er décembre 2020. « Ce qui s'est passé ensuite dans les vestiaires a dépassé toutes les limites. Gasperini a essayé de me frapper » Gasperini sortait alors Papu Gomez au début de la seconde période et faisait entrer Josep Ilicic. Rapidement, les esprits se sont échauffés : « Ce qui s'est passé ensuite dans les vestiaires a dépassé toutes les limites. Gasperini a essayé de me frapper. On peut discuter, mais je ne peux pas accepter l'agression physique ». Après les événements, le joueur demandait une rencontre à son président Antonio Percassi. L'Argentin lui expliquait alors vouloir continuer à Bergame, qu'il regrettait son comportement mais souhaitait des excuses de la part de son entraîneur. « Le lendemain, une réunion a eu lieu avec toute l'équipe. Je me suis excusé auprès de tout le monde : l'entraîneur et mes coéquipiers. Cependant, Gasperini n'a pas dit un mot. Après quelques jours j'ai dit à Percassi que je ne voulais plus rester à l'Atalanta et travailler avec Gasperini. Le président a répondu qu'il ne me laisserait pas partir si facilement ». Amer, Papu continuait alors sa route au Séville FC, après avoir porté l'Atalanta jusqu'en quarts de finale de Ligue des champions. Gasperini répond à Papu Gomez Après s'être livré, le meneur a reçu une réponse quasi immédiate du technicien italien : « Le comportement de Gomez, sur et en dehors du terrain, était devenu inacceptable. L'agression physique était la sienne, pas la mienne. La vraie raison pour laquelle il a quitté Bergame est son manque de respect aux propriétaires du club. » Sans grande rancune, Gasperini apparaît apaisé : « J'espère que Gomez pourra continuer à faire parler de lui par ses performances, comme il l'a fait à l'Atalanta ».

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles