Foot - ITA - Italie : le président du Comité olympique voit la Serie A repartir « à 99% »

L'Equipe.fr
L’Equipe

Giovanni Malago, le président du Comité olympique italien, a estimé que le Championnat de Serie A avait toutes les chances de reprendre malgré le coronavirus. Giovanni Malago, président du Comité olympique italien (CONI), a estimé jeudi à « 99% » les chances de voir le Championnat repartir le 13 juin, la date fixée la veille par la Ligue. « De 1 à 100, à combien j'estime les possibilités que la Serie A reprenne le 13 juin ? D'après-moi, 99 % », a déclaré Malago sur la radio Rai. Les clubs italiens veulent reprendre la Serie A le 13 juin « Tout est fait pour recommencer, pour mettre le système en situation de repartir. En revanche, si vous me demandez quelles sont les chances que le Championnat se finisse une fois relancé, là il faut une boule de cristal », a-t-il relativisé. Mercredi, la Ligue a indiqué qu'elle souhaitait reprendre le 13 juin le Championnat, arrêté le 9 mars par la pandémie de coronavirus. Le gouvernement doit encore rendre une décision à ce sujet, mais reste très prudent quant à une reprise de la compétition. Giovanni Malago concernant la quarantaine obligatoire des effectifs en cas de test positif « Je ne sais pas pourquoi ils ont pris cette décision » Le ministre des Sports, Vincenzo Spadafora, a donné son feu vert à une reprise des entraînements collectifs le 18 mai. Les séances individuelles ont repris depuis le 4 mai. Le point le plus délicat sur la route d'une possible reprise de la compétition concerne l'obligation faite aux clubs de mettre tout leur effectif en quarantaine pour 15 jours, ainsi que le staff, dès l'apparition d'un cas positif. « Je ne sais pas pourquoi ils ont pris cette décision, j'entends dire que c'est une décision qui peut encore être revue, mais je ne veux pas entrer dans ces considérations », a déclaré Malago à propos du choix fait par le Comité technique et scientifique, qui conseille le gouvernement sur la gestion de la crise du coronavirus. « Ce qui est sûr, c'est que ce sont des gens sérieux et que, sans doute, entre une option plus restrictive et une autre plus souple, ils ont voulu privilégier la protection du pays », a ajouté le président du CONI.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi