Foot - ITA - La Juventus Turin battue à domicile par le promu Empoli en Serie A

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Sans Cristiano Ronaldo, parti à Manchester United, la Juventus Turin n'a pas trouvé l'inspiration contre le promu Empoli (0-1) samedi. Elle n'a pris qu'un point en deux journées de Serie A. « Les excuses et les circonstances atténuantes sont pour les perdants », Massimiliano Allegri avait été clair. Mais la Juventus Turin aura besoin de temps pour se remettre du départ de Cristiano Ronaldo à Manchester United. Après avoir gâché une avance de deux buts sur le terrain de l'Udinese (2-2) le week-end dernier, en ouverture de la saison de Serie A, la Vieille Dame s'est inclinée sur sa pelouse contre le promu Empoli (0-1) samedi. lire aussi Le film de Juventus Turin - Empoli
Il n'y a pas grand-chose à y redire, car la meilleure équipe jouait en bleu au Juventus Stadium. Sans numéro neuf de métier au coup d'envoi, en attendant le probable retour de Moise Kean, les Bianconeri ne se sont montrés dangereux que par Federico Chiesa en première période (3e, 12e). Paulo Dybala n'a lui existé que par intermittence en seconde, et ni Alvaro Morata (entré à la pause) ni Dejan Kulusevski (qui a relayé Chiesa à la 66e) n'ont réussi à réveiller une équipe en panne d'inspiration au retour des vestiaires.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Empoli pas beaucoup inquiété Dybala aurait pu égaliser sans un tacle salvateur de Sebastiano Luperto dans la surface (72e), mais on retiendra surtout qu'Empoli, parfaitement discipliné en défense, n'a pas beaucoup tremblé après l'ouverture du score de Leonardo Mancuso (21e), opportuniste dans la surface. D'abord intense et disputée, la partie a perdu de son intérêt à mesure que l'agacement gagnait les rangs turinois. Guglielmo Vicario n'a eu aucun arrêt significatif à effectuer après la chevauchée de Chiesa à la 12e minute, et Allegri aura des questions à se poser avant d'aller à Naples dans deux semaines.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles