Foot - ITA - Lazio - L'arrière-petit-fils de Mussolini passe pro avec la Lazio

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Romano Floriani Mussolini, jeune latéral droit de dix-huit ans et arrière-petit-fils du leader fasciste italien Benito Mussolini, vient de signer un contrat professionnel à la Lazio. Voilà une nouvelle qui fait beaucoup parler en Italie. Romano Floriani Mussolini, âgé de dix-huit ans et arrière-petit-fils du leader fasciste italien Benito Mussolini, vient de devenir professionnel à la Lazio. Fils de Mauro Floriani et d'Alessandra Mussolini, ancienne députée européenne et petite-fille de Benito Mussolini, le jeune latéral droit serait un joueur prometteur, même si, selon Mauro Bianchessi, son entraîneur chez les U18 de la Lazio, Mussolini manque encore un peu de préparation.

« Il a gagné ses galons avec les moins de 17 ans, puis les moins de 18 ans. C'est un garçon humble qui ne s'est jamais plaint, même pas quand il n'a pas joué pendant deux ans. Il semble prometteur. Mais à mon avis il n'est pas encore vraiment prêt et il a encore une belle marge de progression pour ensuite devenir un vrai joueur », a confié Bianchessi à Sky Sports Italia. Mais au de-là de son potentiel, c'est bien évidemment son nom de famille encombrant et sa descendance directe qui suscitent beaucoup de commentaires...

La crainte de la résurgence du passé D'après le Daily Mail, on craindrait au sein de la Lazio que le nom de Mussolini, floqué sur le maillot du joueur, ne provoque une résurgence de certains comportements déplacés émanant d'une frange d'ultras historiquement associée à l'extrême droite. Le club romain a en effet été pris dans la tourmente en 2005, lorsque Paulo Di Canio avait effectué un salut rappelant « une idéologie politique précise » (en 2016, il a été suspendu d'antenne par Sky pour avoir arboré ses tatouages controversés). En 2018, la Lazio avait été condamnée à une amende de 50 000 euros par la Fédération italienne de football après que les supporters ont jonché le terrain du Stade Olympique avec des autocollants à l'effigie d'Anne Franck (victime de l'Holocauste), revêtue du maillot du rival de l'AS Rome. Romano Floriani Mussolini « Moi, je veux seulement être jugé pour la façon dont je joue au football, et pas pour mon nom » « Moi, je veux seulement être jugé pour la façon dont je joue au football, et pas pour mon nom », a confié Romano Floriani Mussolini à la radio Radiosei. Victime malgré lui de ce buzz médiatique, Romano a au moins eu le soutien du quotidien milanais Libero : « Il a commencé à jouer à l'Académie de la Roma et là-bas, bizarrement, son nom de famille n'a jamais été un problème pour personne », écrit le journal. « Son nom de famille ? Je n'ai jamais parlé à ses parents, et la seule chose qui compte est de savoir si un joueur mérite de jouer. Rien d'autre », a déclaré de son côté Mauro Bianchessi, manager de l'équipe de jeunes de la Lazio.