Foot - ITA - Pescara - Insultes racistes : la FifPro soutient Sulley Muntari et veut «des mesures fortes»

L'Equipe.fr
La cour d'appel de la Fédération italienne a annulé le carton rouge adressé au milieu de Pescara Sulley Muntari, qui avait quitté le terrain contre Cagliari après avoir été victime d'insultes racistes.

Le syndicat international des joueurs professionnels affiche son soutien à Sulley Muntari, victime d'insultes racistes dimanche à Cagliari et sanctionné d'un carton jaune par l'arbitre du match pour avoir protesté.La FifPro, le syndicat international des joueurs professionnels, a exhorté mardi les instances italiennes à enquêter et à «prendre des mesures fortes» après les insultes racistes dont a été victime le milieu de terrain ghanéen de Pescara Sulley Muntari, dimanche. «Nous exhortons les autorités italiennes à entendre la version de Muntari, à enquêter pour comprendre pourquoi la situation a été mal gérée et à prendre des mesures fortes pour garantir que cela ne se reproduise plus», écrit la FifPro dans un communiqué.«Le carton jaune devrait être annulé»Muntari avait quitté de son plein gré la pelouse de Cagliari lors du match opposant les deux équipes (0-1), après avoir été la cible d'insultes racistes. «J'ai essayé de discuter avec eux mais l'arbitre m'a dit que je devais laisser tomber», a déclaré le joueur après le match. «C'est là que je me suis énervé. Pourquoi est-ce qu'au lieu d'arrêter le match, il s'en est pris à moi ? Les supporters sont responsables mais l'arbitre aurait dû faire autre chose que de m'accuser», avait-il ajouté. Muntari avait été averti par l'arbitre avant de quitter le terrain. Selon le compte-rendu du match fait par la Ligue italienne, il a également reçu un carton rouge après la partie.«La FifPro considère que le carton jaune de Muntari devrait être annulé. Il avait parfaitement raison d'aborder l'arbitre Daniele Minelli (...) pour lui faire part de ses problèmes et pour qu'il cherche une solution», estime la FifPro. «Aucun joueur ne devrait jamais ressentir le besoin de gérer seul ces problèmes, comme Muntari s'est clairement senti obligé de le faire», ajoute le syndicat. «Les footballeurs professionnels ont le droit de s'attendre à être protégés comme il se doit par les autorités compétentes sur leur lieu de travail, où aucune discrimination ne doit être acceptée.»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages