Foot - ITA - Serie B - Pise nie l'insulte raciste envers Joel Obi (Chievo Vérone) en Serie B

L'Equipe.fr
·1 min de lecture

Le Chievo Vérone, le club italien de Serie B, a affirmé que son joueur nigérian Joel Obi avait été victime d'insultes racistes de la part d'un joueur de Pise. Ce dernier, soutenu par son club, nie. Le club italien de Serie B Chievo a déclaré que son joueur nigérian Joel Obi avait été victime d'une insulte raciste de la part d'un adversaire lors d'un match contre Pise mardi, mais leurs rivaux ont nié l'accusation. Chievo a déclaré dans un communiqué qu'Obi avait été « l'objet d'une phrase infâme et honteuse qui n'a rien à voir avec les valeurs les plus fondamentales du sport, de l'éthique et du respect. » Selon le club italien, le joueur de Pise Michele Marconi aurait utilisé l'expression « la révolte des esclaves » contre Obi dans la première période du match qui s'est conclu par un nul (2-2). Une phrase qui n'aurait pas été captée par les officiels « Chievo... regrette qu'une phrase entendue par la plupart sur le terrain n'ait été suivie d'aucune mesure disciplinaire : ni par l'arbitre, ni par l'assistant ou le quatrième officiel, ni par le délégué de la fédération », a ajouté le club de Vérone. Pise a déclaré que le club « s'était distancié » de la déclaration de Chievo, affirmant que l'insulte présumée n'avait pas été détectée par les officiels du match ou les microphones autour du terrain. « De plus, notre joueur a confirmé qu'il n'avait adressé aucune insulte à l'adversaire, encore moins à motifs racistes », a-t-il ajouté.