Foot - ITA - Serie A : service minimum pour l'Atalanta, vainqueur à Parme

L'Equipe.fr
L’Equipe

À un peu plus de deux semaines de sa confrontation face au PSG en quarts de la C1, l'Atalanta Bergame a assuré l'essentiel contre Parme (2-1), en dépit d'une prestation poussive. L'Atalanta est-elle en train de marquer le pas ? Ou bien a-t-elle déjà tout simplement la tête à son quart de finale de Ligue des champions contre le PSG, le 12 août prochain ? Depuis son large succès contre Brescia (6-2), le 14 juillet dernier, force est de constater que la meilleure attaque de Serie A semble grippée. Après des résultats étriqués contre le Hellas Vérone (1-1), Bologne (1-0) et l'AC Milan (1-1), elle de nouveau balbutié son football, ce mardi, sur la pelouse de Parme (2-1), sans que cela ne prête à conséquences : deux réalisations de Malinovskyi (70e) et Gomez (84e) lui ont permis de sauver les apparences au terme d'une prestation poussive. lire aussi La 37e journée En attendant le résultat de l'Inter contre Naples (à suivre en direct commenté), voilà les Bergamasques provisoirement installés à la deuxième place de la Serie A. Mais que cela fut laborieux contre une formation qu'ils avaient pourtant étrillée (5-0) à l'aller. Après avoir passé l'essentiel de la première période à subir (8e, 14e, 18e, 36e) sans parvenir à se montrer dangereux, ils ont logiquement craqué sur un rush de Gervinho conclu par Kulusevski (43e). Alors que plusieurs titulaires étaient ménagés au coup d'envoi (Djimsiti, Hateboer, Malinovsky, Muriel... en plus de l'absence d'Ilicic), il a finalement fallu attendre le coaching opéré par Gian Piero Gasperini pour que l'Atalanta retrouve un peu de consistance. Sous l'effet de ses entrants - Malinovsky et Muriel en particulier - Bergame a refait surface pour étirer à dix-sept matches sa série d'invincibilité. lire aussi Le classement
Dans ce contexte, difficile pour le PSG de tirer le moindre enseignement de cette rencontre. Il ne lui aura probablement pas échappé malgré tout que les Bergamasques sont particulièrement friables défensivement. Il a notamment fallu un sauvetage de Hateboer, en fin de match, pour leur permettre de préserver leur succès.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi