Foot - jeux vidéo - Avant Alexandre Lacazette, eux aussi ont été oubliés...

L'Equipe.fr
A l'instar de Blanka, non-sélectionné par Capcom pour Street Fighter V, certains personnages emblématiques de franchises vidéoludiques ont parfois été ignorés par leurs éditeurs respectifs...

A l'instar de Blanka, non-sélectionné par Capcom pour Street Fighter V, certains personnages emblématiques de franchises vidéoludiques ont parfois été ignorés par leurs éditeurs respectifs...C'est l'un des grands absents de la dernière liste dévoilée par Didier Deschamps. Malgré un rendement impressionnant depuis plusieurs saisons, Alexandre Lacazette ne figure toujours pas dans les petits papiers du sélectionneur national. Une absence aussi surprenante que celle de certains combattants mythiques de Capcom dans Street Fighter V. Pour son dernier opus, l'éditeur nippon n'a ainsi pas hésité à se priver de trois de ses représentants les plus célèbres : Blanka, Honda et Sagat. Une mise à l'écart difficile à avaler pour les habitués mais expliquée par la philosophie offensive de SFV. Pensé avant tout pour l'eSport, le titre fait en effet la part belle au spectacle, à l'action, et par conséquent aux attaquants. Des garanties que n'offrent pas forcément les deux premiers protagonistes cités, dont les coups spéciaux s'actionnent généralement à la suite d'une posture défensive. Pour l' « Empereur du Muay Thai » en revanche, c'est uniquement une question de profil (selon le producteur du jeu, Yoshinori Ono).Tekken 3 se passe de la star de la licenceAu même titre que Ryu ou Ken, Kazuya Mishima est présenté d'emblée comme la vedette de la série Tekken. Mais après avoir triomphé lors du tournoi organisé dans l'opus inaugural (1995), il est à son tour défait par Heihachi à la fin du second volet (1996). Ce dernier n'hésitant d'ailleurs pas à le jeter dans un volcan en activité...C'est donc malgré lui que Kazuya n'a pas pris part à Tekken 3 (1998), étant porté disparu et "logiquement" décédé compte tenu des circonstances du combat perdu face à son père. Mais on apprendra plus tard qu'il a pu être secouru in-extremis, et il sera évidemment réintégré lors des épisodes suivants.Les « absences » de Ronaldo et des Pays-Bas...Du côté des simulations de foot, les astuces pour contourner le manque de licences officielles ne datent pas d'hier. D'ordinaire bien loti, EA Sports se retrouve néanmoins contraint de composer sans le « vrai » Ronaldo (dixit José Mourinho) à l'occasion de la sortie de FIFA 99. Le Brésilien s'étant alors engagé avec la firme hexagonale Infogrames pour un titre dont il sera la figure de proue : Ronaldo V-Football (2000). Qu'à cela ne tienne, l'éditeur trouvera la parade en proposant un clone de la star de l'Inter Milan, apparaissant alors sous le nom de G. Silva ou A.Calcio selon les versions...Une solution souvent proposée par Konami par le passé. Les plus anciens se souviennent certainement de la sélection nationale des Pays-Bas disponible dans PES au début des années 2000, et de ses fameux Orange 001, Orange 002 etc... Mario éclipsé par son frère Luigi...Une fois n'est pas coutume, Nintendo décide de miser plutôt sur son plombier à casquette verte pour lancer la GameCube en 2002. Luigi's Mansion nous plonge alors dans un manoir hanté où, muni essentiellement d'un aspirateur (l'Ectoblast 3000), le héros à moustaches se lance dans une chasse aux fantômes afin de délivrer son frère ainé, Mario. Un pari osé mais réussi de la part de Nintendo, qui a également décidé avec la Switch de préserver sa mascotte jusqu'à la fin de l'année 2017...

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages