Foot - JO (F) - Les États-Unis se reprennent, la Grande-Bretagne et la Suède se qualifient pour les quarts de finale du tournoi olympique féminin

·3 min de lecture

Grandissimes favorites du tournoi mais défaites par les Suédoises en ouverture, les Américaines se sont relancées face à la Nouvelle-Zélande (6-1). De son côté, la Grande-Bretagne a décroché son billet pour les quarts en dominant l'Australie (4-2). Grandissimes favorites du tournoi, les Américaines étaient tombées d'entrée et de haut (0-3) face à leur bête noire olympique, la Suède, en ouverture du tournoi. Les doubles championnes du monde en titre et quadruples championnes olympiques, battue ainsi pour la première fois en 44 matches (et un revers contre les Bleues en amical, 1-3 au Havre en janvier 2019) ont réagi samedi face à la Nouvelle-Zélande (6-1) emmenées par une Megan Rapinoe qu'on a connue plus tranchante. Après avoir rapidement ouvert le score par Rose Lavelle d'un enroulé du pied droit (9e), les Américaines ont d'abord été prises à quatre reprises au piège du hors-jeu par la défense néo-zélandaise sous l'oeil vigilant de Stéphanie Frappart et ses assistantes. Puis juste avant la pause, l'ancienne joueuse du PSG Lindsey Horan doublait la mise de la tête sur corner pour fêter sa centième sélection (45e). Sous la pression constante des attaquantes américaines, Carli Lloyd en tête, les Néo-zélandaises craquaient une nouvelle fois avec un but contre son camp d'Abby Erceg, avant de réduire le score en contre, par Betsy Hassett (72e) suite à une erreur d'Abby Dahlkemper. Christen Press (80e), Alex Morgan (87e) et Catherine Bott (csc, 90e) inscriront encore trois buts importants pour le goal average. Les Américaines joueront leur qualification mardi face à l'Australie. Plus tôt dans ce groupe G, la Suède, qui avait battu les Etats-Unis en ouverture (3-0), a décroché son billet pour les quarts de finale en s'imposant face à l'Australie 4-2 grâce à un doublé de Fridolina Rolfö (20e, 63e) et des buts de Lina Hurtig (52e) et Stina Blackstenius (82e). Les Australiennes auraient pu rester dans la partie si l'inévitable Samantha Kerr (passeuse décisive et buteuse en moins d'un quart d'heure face à la Nouvelle-Zélande (2-1)) n'avait pas manqué un pénalty (70e) après avoir réalisé un doublé (36e, 48e). White propulse les Britanniques en quarts Dans le groupe E, la Grande-Bretagne a décroché son billet pour les quarts de finale en s'imposant face au Japon (1-0) grâce à une tête d'Ellen White (1-0), attaquante de Manchester City (32 ans), déjà auteure d'un doublé face au Chili (2-0) et qui en est à douze buts pour ses 13 dernières sélections. De son côté, le Canada, double médaille de bronze à Londres 2012 et Rio 2016, ayant justifié son rang face aux Chiliennes (2-1) grâce à un doublé de Janine Beckie, les Japonaises, déjà tenues en échec par le Canada, sont en mauvaise posture et devront vaincre le Chili pour espérer se qualifier. Un groupe F renversant Dans le groupe F, après leurs cartons face à la Zambie (10-3) et la Chine (5-0), les Pays-Bas et le Brésil se sont neutralisées (3-3). Après l'ouverture du score rapide de Vivianne Miedema (3e) et la réplique brésilienne de Debinha (16e), on pensait les Néerlandaises bien lancées avec le deuxième but encore signé Miedema, mais la Seleçao renversait le score en quatre minutes par Marta (64e, pén.) puis Ludmila (68e) avant que Dominique Janssen n'égalise (79e). Dans ce groupe, plus tôt dans la journée, la Chine et la Zambie s'étaient quittées sur un nul encore plus renversant (4-4) avec un quadruplé de la Chinoise et ex-Parisienne Wang Shuang et le triplé de la Zambienne Barbra Banda, son deuxième après celui réussi face aux Pays-Bas (3-10).

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles