Foot - Justice - Encore un procès entre Canal + et la LFP

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

La plainte de la chaîne cryptée, qui réclame 46 millions d'euros à la LFP pour les reports de matches provoqués par les gilets jaunes en 2019, sera étudiée le 29 mars. Le feuilleton judiciaire entre Canal + et la LFP n'en finit plus. Sur le dossier des droits télévisés, la chaîne cryptée a assigné la Ligue devant le tribunal de commerce de Paris pour essayer de rendre les matches de L1 chèrement acquis (332 millions d'euros par an), en mai 2018, pour la période 2020-2024. Elle a perdu, mais fait appel. Elle a également assigné la LFP devant l'Autorité de la concurrence pour les mêmes motifs, mais aussi pour « abus de position dominante ». Un recours étudié en ce moment même par la justice. Pour la chaîne, la LFP a ignoré ses intérêts Et comme si ce n'était pas suffisant, les dirigeants du football français voient arriver une nouvelle audience face à Canal +, le 29 mars, pour une affaire datant de juillet 2019, à la suite du mouvement des gilets jaunes. La société présidée par Maxime Saada avait en effet assigné, à l'époque, la LFP devant le tribunal de commerce de Paris pour obtenir réparation à la suite de la série de matches reportés lors de la saison 2018-2019 et reprogrammés à des dates et des horaires nettement moins favorables. Elle réclame 46 millions d'euros à l'organisateur du Championnat qui a, selon elle, ignoré ses intérêts et fait preuve de légèreté dans ce dossier. Ce que la Ligue réfute totalement. lire aussi Canal + agressif avec la LFP mais tendre avec l'UEFA À l'arrivée, ce sont donc trois procédures judiciaires qui sont en cours entre les deux « partenaires », toutes initiées par Canal +, toujours prompt à aller en justice. Il faudra pourtant que les deux parties discutent bientôt ailleurs que dans des prétoires. Car si un accord a été trouvé avec Canal + pour la diffusion de l'ensemble des matches de L1 jusqu'à la fin de la saison, rien n'est acquis pour l'avenir, c'est-à-dire jusqu'en 2024. Et pour l'heure, la chaîne cryptée est la seule susceptible de faire une offre, même très lointaine des montants mirifiques qui avaient été promis par Mediapro en 2018. lire aussi Comment Canal + est revenu en force