Foot - Justice - L'ancien entraîneur du Dinamo Zagreb, Zoran Mamic, a été arrêté

·2 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La police bosnienne a arrêté mercredi l'ancien entraîneur du Dinamo Zagreb, Zoran Mamic, recherché par la Croatie où il a été condamné à une peine de prison dans une affaire de détournement de plusieurs millions d'euros. Zoran Mamic « a été arrêté dans la matinée à Medjugorje et a ensuite été remis à la Cour d'État de Bosnie-Herzégovine qui en est désormais en charge », a déclaré à l'AFP un porte-parole de la police fédérale bosnienne (Sipa), Luka Miladinovic. Zoran Mamic affirme avoir la double nationalité, croate et bosnienne. Le tribunal a de son côté annoncé que Mamic, 49 ans, serait interrogé dans l'après-midi par un juge, pour déterminer si les conditions pour son extradition vers la Croatie étaient réunies. La Croatie a lancé le 11 mai un mandat d'arrêt international contre l'ancien coach du multiple champion croate de football. lire aussi Zoran Mamic (Dinamo Zagreb) démissionne après avoir été condamné à de la prison ferme Il a été condamné, avec plusieurs autres personnes, à quatre ans et huit mois de prison pour détournement de 15 millions d'euros lors de transferts de joueurs du Dinamo Zagreb, dont celui de Luka Modric vers Tottenham en 2008. Il a démissionné en mars du poste d'entraîneur, après la confirmation du verdict par la Cour suprême. Son frère, Zdravko Mamic, l'ancien patron du Dinamo Zagreb, a également été condamné dans ce procès, à six ans et demi de prison. Détenteur lui aussi de la double nationalité croate et bosnienne, il a fui en 2018 en Bosnie et réclame que le dossier soit remis à la justice bosnienne. lire aussi L'ancien patron du Dinamo Zagreb Zdravko Mamic encore inculpé pour détournement de fonds Zoran Mamic a récemment demandé à purger sa peine en Bosnie, mais sa requête a été rejetée par la justice croate. La presse locale estime qu'il pourrait être remis en liberté après le constat par le juge qu'il est également un ressortissant bosnien, car la Bosnie ne peut pas extrader ses citoyens dans ce cas de figure. Un autre procès contre les frères Mamic et quatre autres personnes s'est ouvert en mars en Croatie. Ils y sont inculpés pour un détournement de 26 millions d'euros.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles