Foot - Justice - Un procès se précise pour Sepp Blatter et Michel Platini dans l'affaire du versement des 2 millions de francs suisses

·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le parquet fédéral helvétique a confirmé mardi avoir mis en accusation Michel Platini et Sepp Blatter, une étape de procédure qui ouvre la voie à un procès. L'affaire du paiement suspect de 2 millions de francs suisses (1,8 M€) à Michel Platini par Sepp Blatter, ex-président de la FIFA, devrait conduire à un procès des deux hommes en Suisse. Cette issue n'est pas certaine mais son éventualité, éventée depuis quelques semaines, se précise clairement. Comme indiqué le 6 octobre par le Monde, le Ministère public de la Confédération helvétique (MPC, parquet) a signifié en août aux deux anciens dirigeants, qu'il comptait déposer un acte d'accusation contre eux. Mardi, le parquet a confirmé leur « renvoi en jugement » pour plusieurs délits dont celui d'« escroquerie ». Il revient au Tribunal pénal fédéral de Bellinzone de valider cet acte d'accusation et de décider de la tenue d'un procès. Une source judiciaire suisse indique qu'une mise en accusation n'est pas forcément suivie d'un procès, mais cet équivalent des « renvois » français est généralement suivi par les juges. L'escroquerie est passible d'une peine allant jusqu'à cinq ans de prison. lire aussi La voie d'un procès de Sepp Blatter et Michel Platini est ouverte en Suisse Communiqué du Ministère public de la Confédération helvétique « Ce paiement a porté atteinte au patrimoine de la FIFA et procuré à M. Platini un enrichissement illégitime » Selon le communiqué du Parquet, les deux hommes sont accusés « d'avoir illicitement arrangé » ce paiement « en faveur de Michel Platini », intervenu en 2011 alors que Blatter était président de la FIFA. « Les preuves recueillies par le MPC ont renforcé le soupçon que ce paiement à Platini a été effectué sans fondement », poursuit le texte, qui avance encore que « ce paiement a porté atteinte au patrimoine de la FIFA et procuré à M. Platini un enrichissement illégitime ». La procédure pénale à l'encontre de Blatter est menée pour « soupçons d'escroquerie », « abus de confiance », « gestion déloyale » et « faux dans les titres ». Quant à Platini, il est poursuivi depuis l'an dernier pour « soupçons d'escroquerie », « participation à abus de confiance », « participation à une gestion déloyale » et « faux dans les titres ». Platini « parfaitement confiant » Le Lorrain a toujours assuré que l'argent versé par Blatter lui était dû dans le cadre de ses fonctions d'ancien conseiller sportif entre 1998 et 2002. Il se dit « parfaitement confiant et serein quant à l'issue de cette procédure », déplore « l'acharnement » du parquet et « conteste intégralement ces accusations infondées et injustes ». « J'attends le procès devant le Tribunal pénal fédéral avec optimisme - et j'espère que cette histoire prendra fin et que tous les faits seront éclaircis », a réagi de son côté Blatter. Après déjà six ans d'enquête, aucune date n'est avancée pour un procès qui pourrait charrier son lot de révélations sur les circonstances dans lesquelles le Parquet a eu vent du versement controversé. Les deux prévenus soupçonnent l'actuel patron de la FIFA, Gianni Infantino, d'avoir joué les informateurs en pleine campagne, en 2015, pour la succession de Blatter à la présidence de la FIFA pour laquelle Platini était donné favori. Or la justice suisse enquête sur la « collusion » de son ancien chef du parquet avec Infantino, après trois rencontres secrètes entre eux, a rappelé mardi Platini, dénonçant « des dérives judiciaires indignes d'un État de droit ». lire aussi Le doute plane sur Gianni Infantino, soupçonné de collusion avec le parquet suisse

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles