Foot - L. Nations - BEL - Axel Witsel (Belgique) avant le match contre les Bleus en Ligue des nations : « On n'est pas obnubilé par ce passé »

·5 min de lecture
Foot - L. Nations - BEL - Axel Witsel (Belgique) avant le match contre les Bleus en Ligue des nations : « On n'est pas obnubilé par ce passé »
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Axel Witsel, le milieu belge de Dortmund, assure que la défaite de sa sélection contre les Bleus lors de la demi-finale de la Coupe du monde 2018 fait désormais partie du passé, avant de retrouver l'équipe de France jeudi en demi-finales de Ligue des nations. Axel Witsel honorera jeudi face aux Bleus sa 115e sélection avec la Belgique, dont il assure l'équilibre défensif notamment depuis la Coupe du monde 2014. Le joueur de Dortmund, 32 ans, revenu pour l'Euro après la rupture de son tendon d'Achille gauche en janvier, a bien digéré son début de Championnat. D'abord en dépannant en qualité de défenseur central lors des quatre premiers matches de la saison. Puis en retrouvant son influence au milieu où il apporte de l'intensité, de la maîtrise technique tout en participant au pressing. Né de père martiniquais, il savoure les retrouvailles avec l'équipe de France contre laquelle il s'était incliné en demi-finales de Coupe du monde en Russie (0-1, 2018). Et il se réjouit de l'absence du milieu de Chelsea, N'Golo Kanté (positif au Covid-19), dont il loue les performances athlétiques. « Comment percevez-vous la forte attente qui accompagne ce Belgique-France de jeudi ?
Ça va être un bon match. Ce sera assez spécial par rapport à cette demi-finale de Coupe du monde que nous avons perdue (0-1) en 2018. Mais les joueurs n'ont plus ça en tête. L'objectif est de faire un très bon match contre une grosse nation et de se qualifier pour la finale de dimanche. Axel Witsel à propos de la demi-finale de la Coupe du monde 2018 contre les Bleus « Ça fait longtemps qu'on est en dehors de ça. On n'en a pas parlé entre nous. Sur le coup, on était très déçus de ne pas nous être qualifiés pour la finale après un tel parcours » Est-ce une revanche de 2018 ?
Non. C'est une demi-finale de Ligue des nations. Il y a quatre fortes équipes (avec l'Italie et l'Espagne, l'autre demi-finale ce mercredi). On a envie de bien faire et de pouvoir gagner un trophée ensemble. Mais comment expliquez-vous la rivalité qui persiste entre les deux nations ?
L'histoire de ce match est différente. On ne pourra pas changer ce qui s'est passé en 2018. De toute façon, chaque fois que l'on rencontre la France, c'est assez spécial. Cela l'était encore plus en 2018. Mais on n'est pas obnubilé par ce passé. On ne veut pas se mettre de pression par rapport à ça mais garder la tête froide. lire aussi Deschamps : « Je sais quelle équipe j'aimerais aligner face à la Belgique » Que reste-t-il alors de votre « seum » de 2018 ?
Sincèrement, ça fait longtemps qu'on est en dehors de ça. On n'en a pas parlé entre nous. Sur le coup, on était très déçus de ne pas nous être qualifiés pour la finale après un tel parcours. En même temps, c'était le meilleur de toute l'histoire de notre pays. On a aussi appris de cette défaite sur le plan des phases arrêtées. Si on peut retenir ça... Il faudra rester concentrés de la première à la 95e minute sur cet aspect précis. La France possède de très grandes qualités, des joueurs qui peuvent faire la différence à n'importe quel moment. Justement, quels joueurs français redoutez-vous ?
Benzema, dont le niveau actuel est plus que top. C'est costaud. Ils en ont plusieurs, des joueurs au top. Mbappé, Griezmann... C'est déjà bien pour nous que N'Golo (Kanté) ne soit pas présent. Il a six poumons et trente-six jambes. Après, il y a Pogba. Un milieu très fort. Et je ne parle pas des autres joueurs... Que représente cette Ligue des nations ?
C'est clairement en dessous de la Coupe du monde ou d'un Euro. On ne peut pas comparer. Mais c'est un titre à aller chercher. « Contre un tel adversaire, l'envie vient naturellement. C'est comme lorsque tu prends un grand d'Europe en Ligue des champions » Est-ce le meilleur moment pour affronter les Bleus ?
Je ne sais pas. Oui s'ils restent sur leur mois et leur niveau de septembre. Non car ça reste la France. Tu ne sais jamais comment ils vont ressortir au cours d'une rencontre. La Belgique a-t-elle retrouvé son niveau de 2018 le mois dernier contre la République tchèque (3-0) ?
On a encore plus d'expérience. On a toujours le niveau de 2018. On a la chance de pouvoir le montrer et de pouvoir y rester. Le match référence reste-t-il votre succès au Stade de France (4-3, 2015) ?
On n'a pas besoin de référence. Contre un tel adversaire, l'envie vient naturellement. C'est comme lorsque tu prends un grand d'Europe en Ligue des champions. lire aussi Roberto Martinez (Belgique) a « hâte » d'affronter les Bleus en Ligue des nations Quelle est la portée des retours en sélection, par exemple Kevin De Bruyne, absent le mois dernier ?
Il va nous faire beaucoup de bien. C'est super important. On est tous très bien physiquement et mentalement. Kevin a marqué contre Liverpool (2-2, dimanche). Je ne m'en fais pas pour Eden (Hazard, qui n'est plus systématiquement titulaire au Real Madrid). Chaque fois qu'il vient en sélection, il est bien dans sa tête. Il lui faut juste des buts et des passes décisives en club. Quant à Romelu (Lukaku, qui n'a plus marqué depuis son premier but avec Chelsea), à chaque fois qu'il vient ici, il marque, non ? Votre sélection manque de défenseurs (Vermaelen est encore resté au Japon pour raison sanitaire). Vous préparez-vous à jouer en défense centrale comme en début de saison avec Dortmund ?
On en avait discuté le mois dernier avec le sélectionneur. J'ai dépanné avec mon club. Je suis assez content de la façon dont cela s'est passé, mais ce n'est pas ma position. Je suis milieu. » lire aussi Le calendrier de la Ligue des nations Axel Witsel n'est « pas inquiet pour Romelu Lukaku »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles