Foot - L. Nations - Bleus - Didier Deschamps avant le Final Four de Ligue des nations : « On veut aller chercher ce titre »

·5 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Didier Deschamps, le sélectionneur des Bleus, qui n'a pas convoqué Steve Mandanda, Olivier Giroud ni Thomas Lemar pour le Final Four de la Ligue des nations, affiche son ambition pour cette compétition. « Après la déconvenue de l'Euro, quelle est l'ambition des Bleus pour ce Final Four de la Ligue des nations ?
Cela ne va pas effacer ce qui s'est passé. L'Euro est derrière nous, si vous voulez continuer à vivre avec... Il y a un titre en jeu, on a une demi-finale à jouer face à l'une des meilleures équipes mondiales, la Belgique. Avec l'Italie et l'Espagne de l'autre côté, nous sommes quatre à nous disputer ce titre. Il y a une place en jeu avec la Belgique pour être en finale. C'est la Nations League, on a tout fait pour se qualifier pour cette phase finale dans un groupe très relevé. En étant compétiteurs, on veut aller chercher ce titre. Avant il y en avait deux : champion d'Europe et champion du monde, maintenant il y a la Nations League. C'est notre objectif. lire aussi Giroud encore absent, Mandanda aussi, Pavard et L. Hernandez de retour en Bleus Deux frères (Theo et Lucas Hernandez) dans une sélection, c'est une situation rare. Est-ce que ça change quelque chose dans votre management ?
Je ne l'ai pas vécu en tant que sélectionneur. Les frères Revelli, c'était dans les années 70, j'étais très petit (sourire). Ils ont ce lien familial. Ce n'est pas pour autant que cela change quelque chose. J'aurai affaire à deux joueurs qui ont ce lien-là. Eduardo Camavinga fait un début prometteur avec le Real Madrid. Que lui manque-t-il pour être convoqué ?
Eduardo sort d'une période difficile pour lui. Le fait d'arriver au Real où il a connu une titularisation et fait des entrées en cours de match, montre qu'il est sur la bonne voie. En termes de potentiel, par rapport à ce qu'il a montré dans le passé avec nous, cela laissait envisager des jours heureux. À lui de continuer sur cette voie-là. Il est concerné par la catégorie d'âge Espoirs avec deux matches très importants (Ukraine, Serbie). Dans ce secteur, les joueurs présents lors du dernier stage (Tchouaméni, Guendouzi, Veretout) ont répondu à mes attentes. lire aussi Didier Deschamps explique les absences de Steve Mandanda et d'Olivier Giroud en Bleu Le Lensois Jonathan Clauss peut-il faire partie d'une réflexion à droite ?
On suit énormément de joueurs, chacun d'entre vous a ses chouchous. Avec le staff, nous sommes attentifs à beaucoup de joueurs. Je ne suis pas là pour donner des espoirs. Je ne veux pas dire oui ou non, c'est très bien ce qu'il fait. Mais entre le club et le niveau international, il y a des paliers à franchir. Didier Deschamps, à propos du retour d'Antoine Griezmann à l'Atlético « Il y a des attentes très importantes autour de son retour mais connaissant Antoine, ses compétences footballistiques et son mental, je n'ai pas de doutes » Que représente pour vous ce retour à Turin ?
Ça me fait très plaisir, je vais revoir beaucoup de personnes que j'ai côtoyées dans ce club, c'est ma deuxième maison. Après cinq années passées en tant que joueur, j'ai écourté mon passage en tant qu'entraîneur. Quand j'ai pris cette décision, ça me semblait être la meilleure. Avec le recul, ce n'est pas la meilleure que j'ai prise (sourire). Le fait de partir de la Juve, ça a pu amener des interrogations chez les dirigeants : « Deschamps, c'est bien mais il peut nous claquer des doigts ». Avec un peu plus de recul, d'expérience, j'aurais agi différemment. J'avais moins de recul, j'étais plus impulsif. Comment jugez-vous les débuts d'Antoine Griezmann avec l'Atlético de Madrid ?
Avec nous, il est souvent très performant. Il n'y a qu'à regarder ses statistiques. Revenir dans un club n'est jamais évident, surtout quand ça a bien ou très bien marché avant. Son dernier match, avec ce but face à l'AC Milan en Ligue des champions, va lui faire du bien... Il est heureux de revenir à Madrid, il a le sourire. Il faut qu'il s'habitue à un jeu différent, un système différent, des joueurs différents. Il y a des attentes très importantes autour de son retour mais connaissant Antoine, ses compétences footballistiques et son mental, je n'ai pas de doutes. C'est un attaquant alors forcément être décisif compte. Mais c'est aussi un joueur très utile pour le collectif car il a un volume de jeu conséquent et il fait partie de ces éléments offensifs qui participent au jeu même en phase défensive. C'est un travail précieux. lire aussi Deschamps n'est pas favorable à une Coupe du monde tous les deux ans Ngolo Kanté a été testé au Covid-19. Les délais étaient donc trop courts pour le convoquer ?
Il y a des délais de dix jours. C'est acté depuis lundi. Vous calculez... Pour l'hypothèse d'un deuxième match, qui dit isolement dit pas d'entraînement. Il sort d'une période où il a été blessé, il a repris une heure. Je préfère qu'il soit là, ses partenaires aussi. Mais si c'est pour qu'il ne soit pas à 100 % de ses moyens. C'est mieux qu'il retrouve son intégrité physique. Mattéo Guendouzi est performant. En quoi passe-t-il des paliers avec Jorge Sampaoli ?
Je ne vais pas lier les deux. Il a un temps de jeu plus important, il a confiance en lui. Il a confirmé, au-delà du volume du jeu, cette agressivité, une qualité technique importante, il amène beaucoup de fraîcheur, de vie, de qualité, même si par moments, j'ai pu être plus conservateur ou privilégier les joueurs qui avaient un statut dans le groupe. Cette fraîcheur, c'est quelque chose qui est important. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles