Foot - L. Nations - ESP - Luis Enrique (Espagne) avant le match contre l'Italie : « On n'a rien à perdre »

·2 min de lecture

À la veille d'affronter l'Italie en demi-finales de la Ligue des nations, le sélectionneur de l'Espagne Luis Enrique a cherché à enlever toute pression à ses joueurs. « Vous n'avez pas de numéro 9 pur dans votre liste. Vous en manquera-t-il un mercredi face à l'Italie ?
Nous avons six ou sept attaquants dans la liste. Je suis un entraîneur qui se caractérise par le fait de toujours chercher à attaquer et essayer d'atteindre le but adverse de plusieurs manières. On aura le même objectif demain (mercredi). « On ne cherche pas à s'approcher du but adverse avec un seul joueur, de même qu'on ne défend pas qu'avec quatre joueurs » Sans un avant-centre pur, qu'est-ce que votre équipe devra faire différemment ?
On l'a déjà souvent dit : on ne cherche pas à s'approcher du but adverse avec un seul joueur, de même qu'on ne défend pas qu'avec quatre joueurs. Ça sera la même histoire demain. On essayera de se créer plus d'occasions que l'adversaire, d'avoir plus le ballon que l'autre, de maîtriser le match. Si, après avoir fait ça, l'adversaire est meilleur que nous, on devra l'accepter. Pour nous, jouer contre l'Italie, l'équipe championne d'Europe, est quelque chose de très excitant. On n'a rien à perdre et beaucoup à gagner. De ce que vous lisez ou écoutez, sentez-vous une contestation particulière au sujet de cette liste ?
Je n'en sais absolument rien, parce que je ne lis rien, je n'écoute rien, je ne regarde rien sur la sélection. Pour moi, cette liste est une liste comme toutes les autres, avec 23 joueurs qui ont toute ma confiance. Le temps dira si je me suis trompé ou non. lire aussi Donnarumma espère recevoir « un bon accueil » à San Siro en Ligue des nations Vous ne lisez rien, pourquoi ?
Parce que j'ai beaucoup plus d'informations au sujet de la sélection que n'importe quel journaliste. Je connais les joueurs personnellement, je sais ce que je leur demande. Il n'y a rien, dans toute ce que je peux lire, qui puisse m'intéresser. Vous avez appelé Sergi Roberto. À quel poste le préférez-vous ?
Je l'ai fait débuter avec le Barça B. Je connais sa polyvalence. C'est un grand joueur, qui peut jouer latéral, relayeur, sentinelle, ailier aussi. C'est un joueur très précieux pour un entraîneur, avec un grand caractère. Je suis extrêmement content qu'il soit avec nous. Comment sentez-vous Eric Garcia ? Il a été très critiqué ces derniers temps...
Très bien, fantastique, sensationnel. Il n'y a pas un grand joueur qui n'ait pas été critiqué durant sa carrière. Ou sinon, c'est qu'on ne parle pas d'un joueur qui évolue dans un grand club. » lire aussi Le calendrier de la Ligue des nations

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles