Foot - L. nations - Ligue des nations : l'Espagne met l'Allemagne en déroute

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Les hommes de Luis Enrique disputeront le Final 4 de la Ligue des nations. À Séville, ils ont écrasé une très faible sélection allemande (6-0), leader pourtant au coup d'envoi. Le triplé de Ferran Torres L'Espagne domine souvent ses adversaires mais peine parfois à se mettre rapidement à l'abri, la faute à un manque de réalisme criant. Contre l'Allemagne, ce ne fut absolument pas le cas. Obligée de l'emporter pour terminer première de son groupe 4, et ainsi se qualifier pour le Final 4 de cette deuxième édition de la Ligue des nations, la Roja a marché sur la Mannschaft, complètement perdue, on le verra plus tard. lire aussi Le film du match Il n'y a quasiment pas eu de match. À la pause, les hommes de Luis Enrique menaient déjà 4-0 avec un premier but inscrit de la tête par Morata, après un excellent corner de Fabian Ruiz qui venait d'entrer en jeu et de remplacer Sergio Canales blessé (17e). Quelques minutes plus tard, l'attaquant a cru inscrire un deuxième but mais il fut injustement signalé en position de hors-jeu. Cet accroc ne perturba pas la marche des Espagnols, incroyables de facilité en attaque. À la 33e, Ferran Torres reprit victorieusement une reprise d'Olmo repoussée par la barre. À la 35e, c'est Rodri, le milieu de terrain de City, qui aggrava le score, de la tête, et sur une nouvelle phase statique. Après la pause, l'Espagne inscrivit trois nouveaux buts, deux par Ferran Torres, magnifique de justesse, et de réalisme. Le joueur formé à Valence et recruté par Manchester City s'est bien rattrapé après sa décevante prestation contre les Suisses. Le dernier étant l'oeuvre d'Oyarzabal (attaquant de la Real Sociedad). Ce large succès valide donc les choix de Luis Enrique qui a notamment décidé de faire confiance à Unai Simon, le jeune gardien de l'Athletic Bilbao, pour la troisième fois consécutive. Il faut évidemment rappeler que pour ce rendez-vous international, le sélectionneur était privé de Carvajal, Alba, Ansu Fati et Jesus Navas. Seul ombre au tableau de cette spectaculaire soirée, la blessure de Sergio Ramos, remplacé juste avant la pause après s'être plaint d'une douleur à la cuisse droite. lire aussi Espagne : Sergio Ramos sort sur blessure contre l'Allemagne Le naufrage allemand C'est une certitude, cette déroute allemande va fragiliser Joachim Löw, le sélectionneur allemand, déjà fortement critiqué dans son pays par les journalistes et les consultants qui ne comprennent pas ses choix, et notamment celui de se passer de Müller, Boateng et Hummels, trois joueurs en très grande forme et qui ne sont plus appelés depuis la coupe du Monde 2018. Contre l'Espagne, l'Allemagne qui était ledear au coup d'envoi avait besoin d'un seul petit point. L'Allemagne a échoué, l'Allemagne a sombré, dépassée dans tous les compartiments du jeu, incapable de se défaire du pressing tout terrain des Espagnols, incapable d'inquiéter le jeune gardien Unai Simon. Pour ce match, Löw avait pourtant récupéré Kroos, suspendu contre l'Ukraine. Le Madrilène a plongé, comme la jeune défense qui prend beaucoup trop de buts.

Ces dernières semaines, elle en a pris 3 contre la Suisse (3-3) et 3 contre la Turquie (3-3). Les jours prochains risquent d'être complexes pour le staff technique de l'Allemagne qui sera dans le groupe de la France lors du prochain Euro, et qui sera le premier adversaire des Bleus (le 15 juin à Munich).