Foot - L. nations - Ligue des nations : l'Allemagne domine l'Ukraine grâce à un doublé de Timo Werner

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

L'Allemagne a battu l'Ukraine (3-1), samedi en Ligue des nations, grâce à un doublé de Timo Werner et les trois poteaux touchés par l'Ukraine. Le nul de l'Espagne en Suisse (1-1) lui permet de prendre la tête de son groupe, avant le dernier match face à la Roja. Le match : 3-1 L'Allemagne est en tête du groupe, sous l'effet d'un triple phénomène : le premier s'appelle Leon Goretzka, double passeur décisif face à l'Ukraine (3-1), samedi. Les deux autres viennent d'un peu plus loin : pendant que l'Ukraine touchait trois fois les poteaux de Manuel Neuer, Sergio Ramos loupait deux penalties à Bâle contre la Suisse (1-1), ce qui permet aux Allemands d'aborder la finale du groupe, mardi face à la Roja, dans une position favorable. lire aussi Le film d'Allemagne-Ukraine Il ne suffira à l'Allemagne que d'un point pour rejoindre le « Final 4 » de la Ligue des nations, mais sa défense devra élever son niveau. Car la Mannschaft, en proie à des difficultés défensives depuis qu'elle se prive d'Hummels et Boateng, n'a pas été fantastique, par-delà ce triple poteau et l'ouverture du score de Yaremchuk (13e) devant une défense attentiste. L'Allemagne a souffert malgré ses individualités. Mais Leon Goretzka, pas loin d'un but sur une frappe lointaine (26e), a offert deux caviars à Sané (23e) et Werner (33e) : le premier après un ballon gratté dans les pieds de Zinchenko, le deuxième au terme d'une action allemande de classe, et d'une inspiration folle du Bavarois. lire aussi Le groupe de l'Allemagne en Ligue des nations Heureusement, d'ailleurs, que l'Allemagne a rapidement fait le break. Parce qu'après la mi-temps, Manuel Neuer a été sauvé trois fois par ses montants (52e, 75e, 81e). Une fois avant le troisième but de Werner (64e), et deux fois après. Le joueur : Werner, trois ans plus tard La dernière fois qu'il avait inscrit un doublé en sélection, Timo Werner n'était qu'un attaquant en devenir, dans sa deuxième année au RB Leipzig. C'était en septembre 2017, un soir où l'Allemagne avait broyé la Norvège (6-0), quelques mois après ses débuts en sélection. Trois ans plus tard, le buteur de Chelsea est un attaquant complet, confirmé, redouté. Et réaliste : après un petit raté (16e), Werner a marqué de la tête (33e, voir plus haut) et du pied droit (64e).