Foot - L1 - Amiens - Alexis Blin (Amiens) : « Il n'y a aucune équité sportive »

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

Le milieu amiénois peine à digérer la décision de la Ligue de reléguer son club (19e) à 10 matches de la fin de la saison de Ligue 1. Quarante-huit heures après l'annonce de l'arrêt définitif de la saison de Ligue 1, synonyme de descente pour le club (19e), Amiens est sous le choc. Les dirigeants, le staff et les joueurs du club sont plongés dans l'incompréhension. Le milieu Alexis Blin (23 ans, 24 matches en Championnat cette saison) explique pourquoi il considère « injuste » la décision de la Ligue. « Étiez-vous pour une reprise de la saison de Ligue 1 ?
Dès le début, j'étais assez sceptique, avec les proportions que la pandémie de coronavirus prenait et les dégâts qu'elle cause. Je me disais que la meilleure solution, c'était un arrêt du Championnat. J'ai perdu un proche l'année dernière, il était malade et il aurait été vulnérable s'il avait vécu cette situation. Je me mets à la place des gens qui ont des proches vulnérables et je me dis que la meilleure chose, c'est de mettre un stop à tout ça et de reprendre quand les conditions sanitaires le permettent. C'était la bonne décision d'arrêter mais faire descendre Amiens en Ligue 2, je suis évidemment moins d'accord avec ça... Le président d'Amiens Bernard Joannin lance un appel à Noël Le Graët Quelle aurait été, à vos yeux, la meilleure option ?
J'étais pour une Ligue 1 à 22 équipes. Lens et Lorient méritent de monter, ils ont fait une très belle saison en Ligue 2, même si ça peut paraître terrible pour les autres équipes qui espéraient encore une promotion. Mais je pense que dans une situation comme celle-ci, quand le Championnat n'est pas terminé, il y a moyen de se poser cinq minutes et d'essayer de léser le moins d'équipes possible. Je ne jalouse pas les autres, je suis content pour les clubs qui montent, ceux qui vont en Ligue Europa, ceux qui réussissent simplement une bonne saison, mais je vois mon cas et je constate une grosse injustice. C'est très frustrant. Je le garde en travers de la gorge. « Je me souviens d'une période avec Toulouse où on s'est maintenus alors qu'on avait 10 points de retard à la 28e journée » Aviez-vous vu venir une telle annonce ?
Il faut malheureusement être aveugle pour ne pas l'avoir senti venir, avec toutes les rumeurs qui circulaient. On a très vite compris que les dirigeants n'allaient pas opter pour une Ligue à 22. À partir de là, on s'est dit que la saison blanche, annulée, serait encore moins plausible. On s'est donc vite rendus à l'évidence. Votre capitaine, Régis Gurtner, avait pris la parole vendredi pour exprimer sa déception...
En fait, il n'y a aucune équité sportive. Évidemment qu'on est 19es, qu'on n'a pas fait le taf jusque-là. Par contre, il restait 30 points à distribuer et rien n'était joué (Amiens pointait à 4 points de Nîmes, barragiste). Moi, je me souviens d'une période avec Toulouse (en 2015-2016) où on s'est maintenus alors qu'on avait 10 points de retard à la 28e journée. C'est ça le principe même du sport. Vous aviez joué tous les "gros", contrairement à vos adversaires directs...
Oui. Mais même au-delà de ça, on n'était pas obligés d'avoir de relégués. Ça aurait pu se faire à 22. Les instances dirigeantes étaient en train de chercher une solution pour caler 10 matches en un mois et demi (juin-juillet) pour finir la saison. Si c'était possible en une si courte période, sans se soucier de la santé des joueurs, je pense qu'on était capables d'insérer 4 matches de plus sur une année entière (sans Coupe de la Ligue). Je suis déçu de voir que derrière cette descente, il y a aussi des supporters attristés, un club qui l'est autant, avec des salariés qui s'interrogent. Gardez-vous l'espoir de rester en L1, sachant que le club réfléchit à formuler un recours et qu'Amiens Métropole et la mairie d'Amiens comptent saisir la justice ?
La Ligue a un dossier solide apparemment. Amiens se réserve le droit de faire appel. Moi je suis extérieur à tout ça, je suis un simple joueur. Je laisse ça à ceux qui maîtrisent le droit. La désillusion d'Amiens, relégué en Ligue 2 En tant que joueur, justement, à quoi peut-on se raccrocher après cette nouvelle ?
Pour être honnête, je n'ai pas réussi à me projeter sur la suite. J'attends juste de savoir quand on pourra reprendre l'entraînement, parce que j'ai envie de retoucher au ballon. Et j'essaie de digérer cette décision. En avez-vous parlé entre joueurs ?
Oui, bien sûr. On est tous très abattus. On est profondément déçus de devoir baisser les armes avant la fin du Championnat. C'est injuste. » Sevan Karian (avocat spécialisé dans le droit du sport) : « es chances de voir aboutir les recours des clubs sont faibles »