Foot - L1 - Amiens - Reims : un report qui fait jaser

L'Equipe.fr
L’Equipe

Les staffs des deux équipes ont exprimé leur incompréhension après le report du match en raison d'un épais brouillard. Quelques sifflets ont surgi des tribunes quand le speaker du Stade de la Licorne a officialisé, mercredi vers 19h10, le report de la rencontre Amiens-Reims en raison d'un épais brouillard ayant recouvert la plaine de jeu, fait rare en Picardie de mémoire d'anciens du club. « La décision a été prise avec l'accord des deux clubs », poursuivait-il au micro, réclamant que les spectateurs quittent l'enceinte dans la foulée. Trente minutes plus tard, le délégué principal Claude Jaunet et l'arbitre Florent Batta se présentaient au pupitre des entraîneurs pour justifier leur décision, refusant de répondre à toute question. « Il n'est plus arbitre de foot, il est arbitre de télé », ironisaient quelques membres des deux staffs « Nous avons constaté que la visibilité n'était pas suffisante d'un poteau de corner à l'autre, assurait le directeur du jeu. Les assistants ne pouvaient pas se voir, ni distinguer les joueurs. J'ai fait le tour du terrain avec les deux capitaines, les deux gardiens et j'ai pris cette décision ». La présence au stade de Pascal Garibian, le directeur technique de l'arbitrage, l'a-t-elle encouragé à se montrer trop prudent ? Du côté des deux clubs, l'incompréhension prédominait. « On a déjà vu pire », se souvenait le milieu rémois Tristan Dingomé. « Il n'est plus arbitre de foot, il est arbitre de télé, ironisaient quelques membres des deux staffs. C'est dans sa tête qu'on ne peut pas jouer. » Les commentaires laissaient penser que les conditions de diffusion TV avaient influencé la décision. L'arbitrage vidéo et la goal line technology auraient-ils pu fonctionner correctement avec le brouillard ? Lors de Lyon - Nice, la deuxième mi-temps avait été retardée à cause de fumigènes, le délégué expliquant notamment que la goal-line technology ne fonctionnait plus. « L'arbitre ne nous a pas laissé le choix, expliquait Stéphane Dumont, entraîneur adjoint de Reims. Il a vu David (Guion) et Yunis (Abdelhamid, le capitaine) et a décidé de ne pas démarrer. » « On aurait pu commencer et arrêter au cours du match si besoin, assurait pour sa part le président délégué d'Amiens Luigi Mulazzi. Le brouillard était moins épais à 19 heures que quand nous avons fait l'inspection ensemble vers 17h30. » Le dirigeant picard rappelait par ailleurs que les billets des 10 305 spectateurs ne seraient pas remboursés mais resteraient bien entendu valables le jour où se tiendra le match. Très probablement le 15 janvier prochain si la commission des compétitions le confirme.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi