Foot - L1 - Angers - Angelo Fulgini (Angers), au bon souvenir de Bollaert

·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Enfant, le milieu offensif d'Angers Angelo Fulgini allait encourager le RC Lens. Il en a gardé un certain attachement avec le club artésien, au point de connaître par coeur « les Corons ». C'est une période insouciante qu'Angelo Fulgini (25 ans) aime se remémorer. Enfant, le milieu offensif d'Angers régalait les terrains du Nord-Pas-de-Calais et, quand sa maman Shina ne lui préparait pas de bons petits sandwiches à déguster au fond de la voiture après les entraînements, elle l'amenait parfois jusqu'à Bollaert pour assister à des rencontres du RC Lens. C'était en 2006, 2007, le jeune Fulgini avait une dizaine d'années et il s'en souvient bien. lire aussi Lens, rebond attendu après la claque à Brest « J'étais placé derrière le but (tribune Trannin, à gauche, quand on regarde à la télé). C'était la première fois que j'allais voir des matches, j'étais un peu impressionné. En fait, je me souviens plus du bruit du kop que des matches. Quand t'es petit, tu regardes plus l'ambiance, c'est vraiment cela qui m'a marqué. Et puis, à la mi-temps, on allait se prendre une petite frite pour manger. Il fallait y aller un peu avant la mi-temps sinon il y avait trop de monde. » Il a failli signer à Lens Sur le terrain, le petit Fulgini se prenait d'affection pour l'ailier Olivier Thomert. « Il y avait Dindane, Cousin, Demont... C'était une belle équipe, j'aimais bien. » Il y avait aussi Vitorino Hilton, qui lui avait préparé une jolie surprise. Car, avec sa petite équipe de Douai, Fulgini attirait les regards de tous les scouts de la région. lire aussi Le classement de Ligue 1 Lens l'avait invité à passer une journée au centre d'entraînement de la Gaillette afin de le recruter et le défenseur brésilien lui avait offert un maillot qu'il avait caché sous sa parka. Selon sa mère, Fulgini n'avait pas arrêté d'en parler sur le trajet du retour. Mais l'opération séduction avait finalement échoué car le gamin préférait jouer avec un copain et il avait rejoint Valenciennes... Fulgini « La saison dernière, quand on a joué à Lens, avant le match, dans le car, je m'étais mis les Corons dans les écouteurs » Quinze ans après, Fulgini garde une belle image des Sang et Or. « Déjà, j'aime bien le coach (Franck Haise) qui fait un gros travail avec son équipe, et je suis content que le club ait retrouvé sa place en Ligue 1, assure l'ancien de VA. Et puis, j'ai une anecdote sur les Corons, parce que ça m'a marqué : la saison dernière, quand on a joué à Lens (3-1 pour Angers), avant le match, dans le car, je m'étais mis les Corons dans les écouteurs. Il n'y avait pas de supporters (le match était à huis clos) et je voulais me mettre dans l'ambiance, alors j'avais écouté ça sur le trajet entre l'hôtel et le stade. Je l'avais dit à mes potes, ils m'avaient pris pour un fou, mais ça nous avait porté bonheur ! » Un peu superstitieux, Fulgini se verrait bien rééditer cette prouesse ce vendredi soir avant de se rendre à Bollaert. Où il espère aussi marquer pour la première fois. lire aussi Portrait d'Angelo Fulgini (Angers), fils de militaire choyé par ses proches

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles