Foot - L1 - Angers - Gérald Baticle, nouvel entraîneur d'Angers : « Je me sens prêt »

·4 min de lecture

Gérald Baticle, l'ancien adjoint de l'OL, qui va endosser pour la première fois le costume de numéro 1 en Ligue 1, à Angers, s'est évertué à crédibiliser sa méthode et son discours, ce jeudi, pour sa première sortie médiatique. Chemise blanche, veste ouverte et jean. Tranquille, le ton posé, Gérald Baticle (51 ans) a exposé ce jeudi pendant près d'une heure ce qu'il souhaite développer à Angers, où il s'est engagé jusqu'en 2025. Pour sa première sortie médiatique (en compagnie du président délégué Philippe Caillot, du président Saïd Chabane et du directeur sportif Sébastien Larcier), l'ancien adjoint a d'abord rassuré sur sa capacité à diriger seul une équipe première en Ligue 1, en rappelant son expérience à l'OL, pendant près de dix ans, et en assurant s'être entretenu avec son prédécesseur, Stéphane Moulin. L'ancien buteur ne souhaite pas tout révolutionner, même s'il a tout de même exprimé sa volonté d'imposer une philosophie de jeu un peu plus offensive. « Vous voilà entraîneur d'Angers. Quel est votre premier sentiment ?
Je suis très heureux de rejoindre le SCO. C'est un sentiment de fierté et de responsabilité de succéder à Stéphane Moulin (entraîneur d'Angers pendant dix ans), qui a fait de belles choses. Je vais mettre beaucoup d'énergie et d'enthousiasme pour oeuvrer, travailler, et mener à bien le projet sportif dans les quatre années à venir. « Je m'inscris dans la continuité et non pas dans la révolution. Il y a beaucoup de choses intéressantes ici » Que souhaitez-vous apporter de neuf ?
On démarre un nouveau cycle. Il faut se baser sur ce qui a été fait et aussi amener des idées nouvelles, un élan, une énergie positive. Je m'inscris dans la continuité et non pas dans la révolution. Il y a beaucoup de choses intéressantes ici. Je compte m'appuyer sur les points forts qui ont été mis en place. Quand je dis « amener un élan nouveau », c'est dans la construction du jeu, l'animation offensive. Pourquoi vous lancez-vous maintenant au poste de numéro 1 en Ligue 1 ?
Lorsqu'on est numéro 2, on se prépare à devenir numéro 1. Et il n'y a pas 50 manières de le devenir. Pendant ma période d'adjoint à l'OL, j'ai eu des possibilités d'être numéro 1, ça m'a perturbé, j'en avais discuté avec mes dirigeants, mais il manquait quelque chose pour me lancer. Cette fois, le projet m'a emmené. Il n'y a pas de vertige parce que je réfléchis beaucoup. J'analyse, je me sens prêt. Vous avez signé un contrat de quatre ans. Où voyez-vous le club en 2025 ?
La première année sera une année de transition, afin de s'adapter au club. Et encore une fois, je ne compte pas tout modifier. Je souhaite garder une partie de l'animation défensive qui faisait que l'équipe était difficile à jouer. Garder ces grands principes, mettre les équipes adverses en doute. Et apporter un plus dans les phases offensives pour faire davantage peur à vos adversaires. lire aussi Gérald Baticle, la promotion à Angers Quels sont les principes de votre méthode ?
C'est d'abord une méthode personnelle, influencée par Guy Roux (Baticle a été joueur d'Auxerre puis entraîneur au centre de formation), et qui s'est modifiée, qui a mûri, notamment grâce aux cinq coaches que j'ai côtoyés à l'OL. J'aime notamment décortiquer le jeu de l'adversaire. En analysant toutes les semaines les adversaires, je me suis vraiment nourri de différents entraîneurs. Vous parlez beaucoup de l'OL. Il y a eu une passe d'armes cette semaine entre Rudi Garcia, d'une part, et Juninho et Jean-Michel Aulas. Qu'en pensez-vous ?
Franchement, mes dix années ont été merveilleuses. S'il y a un manque de compétences, vous ne durez pas longtemps à l'OL. J'ai développé ma sensibilité grâce à cette exigence. Concernant ces sorties, je préfère qu'on lave son linge sale en famille. J'aurais préféré ne pas voir ça dehors. Vous êtes-vous déjà entretenu avec certains joueurs de l'équipe ?
Pour être transparent avec vous, j'ai eu (Pierrick) Capelle au téléphone pour exposer mon projet, parce qu'il est en fin de contrat. Je souhaite le voir prolonger. J'ai aussi eu Stéphane Moulin, ce sont des choses qui se font. Le plus apte à me donner une analyse efficace, c'est lui. Encore une fois, c'est une fierté et une responsabilité de lui succéder. » Un staff incomplet Même si les arrivées d'Alexandre Dujeux (AC Ajaccio, L2) au poste d'adjoint et d'Alan Berrou en tant que préparateur physique ont été confirmées ce jeudi, le staff du SCO n'est pas encore au complet. La venue d'un analyste vidéo est notamment à l'étude. Baticle ne souhaite « pas faire dans le copinage » et privilégier la compétence. Par ailleurs, un stage de présaison a été calé. Il aura lieu à l'île de Ré, a priori du 7 au 14 juillet.