Foot - L1 - Les arbitres devraient-ils s'exprimer après les matches ?

L'Equipe.fr
Engagé dans une «mission éducative» en Arabie saoudite, l'arbitre anglais Mark Clattenburg sera autorisé à commenter ses coups de sifflets devant la presse. En France, Pascal Garibian et la direction technique de l'arbitrage (DTA) n'y sont pas favorables.

Engagé dans une «mission éducative» en Arabie saoudite, l'arbitre anglais Mark Clattenburg sera autorisé à commenter ses coups de sifflets devant la presse. En France, Pascal Garibian et la direction technique de l'arbitrage (DTA) n'y sont pas favorables.Un devoir de réserve les en empêcheBavards ou non, les arbitres français sont tous soumis à un devoir de réserve, défini par le règlement intérieur de la commission fédérale des arbitres et le Statut de l'Arbitrage. Pascal Garibian, à la tête de la DTA depuis près de quatre ans, rappelle ainsi qu'ils «ne peuvent pas communiquer sans autorisation de leur hiérarchie». Dans le cas contraire, ils s'exposeraient à des sanctions prévues aux articles 38 (ci-dessous) et 39 du même Statut de l'Arbitrage, et donc à une suspension.Si la question mérite d'être soulevée, c'est que l'arbitre international Mark Clattenburg, engagé dans une «mission éducative» auprès de ses confrères saoudiens, sera lui-même autorisé à commenter ses coups de sifflet devant la presse locale. La Fédération anglaise, sous la direction de laquelle il a officié depuis le début de sa carrière, n'est pas favorable à ce qu'il en soit de même pour ses propres arbitres. Et ce n'est pas davantage souhaitable en France, selon Garibian. «Aujourd'hui, les deux volontés de la DTA sont les suivantes : protéger les arbitres par rapport à un fait de jeu qu'ils n'auraient pas eu le temps de visionner et éviter les polémiques, justifie-t-il. Dans la pratique, les arbitres ne peuvent pas, dans l'immédiateté, communiquer avec les médias car il faut qu'ils aient le temps d'analyser les situations. Dans l'ensemble, quand il y a des sollicitations, c'est plutôt qu'un coup de sifflet est sujet à caution.»Verratti et l'exception qui confirme la règleThéoriquement, «les arbitres n'ont pas à alimenter une polémique initiée par les déclaration d'un joueur, d'un entraîneur ou d'un dirigeant mécontent». En revanche, ils peuvent intervenir pour jouer un rôle pédagogique auprès du «grand public», dixit Garibian. Ainsi Johan Hamel avait-il été autorisé à revenir sur la «tricherie» de Marco Verratti dans la foulée du match à Nantes en janvier, au micro de Canal+ Sport.Les arbitres bientôt enregistrés en Ligue 1 et Ligue 2Sans commettre de faute à proprement parler, le milieu italien du PSG s'était rendu coupable d'un «comportement antisportif» en s'agenouillant pour faire une passe de la tête à son gardien, Kevin Trapp. Une phase de jeu «un peu atypique», certes, mais une «infraction», selon les mots de l'arbitre du match et surtout les règlements de la Fédération internationale (Fifa).

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages