Foot - L1 - Bordeaux - Gérard Lopez (Bordeaux) : « Koscielny ne terminera pas la saison avec nous »

·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le président des Girondins Gérard Lopez a confirmé dans un entretien accordé à Sud Ouest sa volonté de se séparer de Laurent Koscielny dès le mois de janvier. Il a également confirmé Vladimir Petkovic dans ses fonctions d'entraîneur. Les secousses des derniers jours ont conduit le président des Girondins Gérard Lopez à prendre la parole dans le quotidien Sud Ouest. Plusieurs sujets ont été mis sur la table, et la gestion du cas Laurent Koscielny a évidemment été abordée. Le capitaine bordelais a été prévenu lundi soir que le club bordelais ne comptait plus sur lui, ce que Lopez a confirmé : « La décision a été prise à l'issue d'une réflexion qui ne date pas d'hier, elle a juste été avancée, a-t-il notamment souligné. On n'attaque pas le joueur ou la personne. Mais il est acté que Laurent ne terminera pas la saison avec nous et qu'il quittera le club en janvier. » lire aussi Le contrat de Laurent Koscielny, un casse-tête pour Bordeaux
En attendant qu'une solution soit trouvée, Lopez a annoncé que l'ancien Gunner continuerait à s'entraîner avec le groupe pro. Son salaire est estimé à 3 M€ brut cette saison avec une option de deux ans qu'il a la liberté d'activer... ou non. En cas de départ, il est prévu que le club lui verse un chèque de 5 M€ à la fin de la saison. « Cela aura un coût financier non négligeable..., a reconnu Lopez. On aurait continué à le payer dans le cadre d'une reconversion donc ça ne fait pas de différence. On ne va pas gagner d'argent, ni en dépenser davantage. Le contrat reste le même. ». « On pense que ces changements doivent se faire maintenant plutôt que cet été », s'est-il aussi justifié. Petkovic conforté Alors que le club a perdu son invincibilité de 44 ans contre l'OM (0-1), vendredi, et qu'il occupe une inquiétante 17e place en L1, Lopez a, par ailleurs, assuré que son entraîneur Vladimir Petkovic n'était pas menacé dans l'immédiat. « Je fonctionne de la façon suivante : commencer à parler d'un ultimatum pour un coach, ça revient à attendre quelques semaines pour le virer, a-t-il expliqué. Ce n'est pas du tout le cas ici. Le projet n'est pas sur une demi-saison, une saison ou même deux. À partir de là, si on comprend les problèmes, qu'on se remet en question et qu'on apporte les bonnes solutions, ça ne sert à rien de changer pour avoir un effet d'annonce. Ce serait une réponse d'équipe qui joue à court terme, habituée à faire l'ascenseur entre Ligue 1 et Ligue 2 ». Lopez attend de Petkovic et de son directeur technique Admar Lopes qu'ils se « remettent en question » pour que les Girondins sortent de cette mauvaise passe.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles