Foot - L1 - Bordeaux - Jean-Louis Gasset, entraîneur de Bordeaux : « Lille est l'équipe la mieux organisée »

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

À deux joueurs de recevoir le LOSC, leader, le coach girondin Jean-Louis Gasset dresse un portrait élogieux de son adversaire. « Qu'est-ce que vous pouvez mieux faire face à Lille par rapport au match aller (1-2, 14e j.) ?
Ne pas prendre de but, déjà. Et surtout pas sur coup de pied arrêté, car c'est l'une de leurs forces. Et essayer de mieux jouer, aussi. Lille est pour moi l'équipe la mieux organisée, elle progresse, fait un Championnat extraordinaire. Elle a perdu deux matches sur vingt-deux dont un seul à l'extérieur ! « On a perdu trois places alors que tout le monde se gargarise du fait qu'on a accompli un bon match. Il faut gagner ! » Avez-vous été rassuré de rivaliser dans le contenu face à un gros club, à Lyon (1-2), vendredi ?
Ça ne me suffit pas. J'avais dit qu'on jouait (à la suite) les deux équipes qui peuvent titiller Paris pour le titre. On a vu qu'on était en progrès, qu'on jouait mieux au foot. Mais le jour où l'adversaire est moins bien et qu'on a le dessus, il faut savoir faire mal quand on en a l'opportunité. On aurait pu faire un exploit à Lyon. Si l'arbitre avait sifflé à 1-1 à la 90e, j'aurais été frustré. Je me disais en seconde période que chaque fois qu'on arrivait à franchir la ligne du milieu on allait voir le gardien, le meilleur joueur adverse ! C'est mieux mais, dans le foot pro, ça ne suffit pas. À la sortie, on a perdu trois places alors que tout le monde se gargarise du fait qu'on a accompli un bon match. Il faut gagner ! Bien jouer c'est intéressant, mais finir les choses c'est encore mieux. lire aussi Les notes d'OL-Bordeaux Avoir plusieurs systèmes de jeu, c'est un plus ?
Bien sûr. Mais pour ça, tout est une question de temps. Il faut d'abord connaître ses hommes puis ses joueurs. Après il faut que les joueurs vous connaissent pour être sur la même longueur d'ondes. Quand on va tous dans le même sens, on peut changer le système. Pour ça, il faut des joueurs malléables. lire aussi Le classement de Ligue 1 À ce sujet, Rémi Oudin a-t-il eu un déclic dans la tête ?
Je pense, mais tout est une question de confiance. Il doit avoir cet état d'esprit de se dire : ''Je joue, peu importe que ce soit à gauche, à droite, au milieu.'' Parfois, un entraîneur n'a pas la même vision sur les qualités intrinsèques d'un joueur que le joueur lui-même. Moi j'ai l'impression qu'il doit partir de loin car il a un gros volume de jeu. Je ne mets pas en cause les gens qui ont travaillé avec lui. Quand ça part de loin, il a le coffre, les jambes et le pied. Je le vois comme ça. »