Foot - L1 - Bordeaux - Pascal Rigo évoque en détail son projet pour les Girondins de Bordeaux

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Dans un entretien livré au podcast quotidien d'actualité régionale Podcastine, Pascal Rigo, homme d'affaires annoncé comme candidat à une possible reprise des Girondins de Bordeaux, a évoqué son projet pour le club. Au printemps dernier, l'homme d'affaires bordelais Pascal Rigo, associé à un milliardaire américain, avait fait une proposition à King Street pour entrer dans le capital des Girondins de Bordeaux à hauteur de 40 %. Dans un long entretien accordé au podcast quotidien d'actualité régionale Podcastine, Rigo a précisé ses intentions vis-à-vis du club bordelais. « D'abord, ce n'est pas à nous de dire à King Street ce qu'ils doivent faire, a-t-il précisé. Mais n'importe quelle entreprise est à vendre à n'importe quel moment. Il suffit que quelqu'un soit prêt à y mettre le prix. Nous, à titre très personnel, on n'est pas prêts à mettre le prix qui a été annoncé dans la presse. » L'homme d'affaires bordelais « pense que King Street veut beaucoup plus » que les 120 millions évoqués. « S'il y a une volonté avec King Street de bâtir quelque chose, de préparer une transition, d'avancer sur un projet dans lequel on pourrait être des maîtres d'oeuvre et être incroyablement impliqués, nous, c'est ce qu'on veut faire », a-t-il ajouté, ne manquant pas de rappeler que « le patron, aujourd'hui, c'est King Street ». Pascal Rigo, hommes d'affaires bordelais « Je ne vois pas comment un groupe comme ça (les Ultramarines) peut être mis à l'écart de décisions importantes » Pascal Rigo a toutefois développé sa vision pour le club et assuré qu'il souhaitait « recréer ce lien qui n'existe plus aujourd'hui », notamment avec une partie des supporters. Il estime notamment que les Ultramarines doivent être associées au futur du club : « La place est extrêmement importante pour des gens capables de générer leur propre budget, d'imprimer leurs banderoles, d'insuffler une énergie au stade. Je ne vois pas comment un groupe comme ça peut être mis à l'écart de décisions importantes. » Pascal Rigo, homme d'affaires bordelais « On peut difficilement aller plus bas que là où on est aujourd'hui » Précisant qu'il n'avait pas « un » mais « plusieurs » associés américains, « en fonction du projet », l'homme d'affaires bordelais a ensuite expliqué ce qu'il imaginait pour l'avenir du club : « On veut aussi créer une passerelle entre un club de MLS et la Ligue 1. Ça permet de mitiger les risques des ligues ouvertes comme on a en France. L'idée d'impliquer de grosses universités américaines est importante. [...] Il y a tellement de choses à faire à partir du moment où on a une méthodologie et une stratégie et on sait où on veut arriver. Tout ce qui compte, c'est que les Girondins soient un club bien organisé, pérenne et qu'on ait du plaisir à retourner au stade. » Rigo a conclu son intervention sur des mots forts : « On peut difficilement aller plus bas que là où on est aujourd'hui. Les forces collectives nous permettront de redorer le blason des Girondins. »