Foot - L1 - Bordeaux - Petkovic, entraîneur de Bordeaux : « Ne pas se mettre la pression »

·3 min de lecture

Malgré un mois d'août sans victoire et une 19e place au classement, l'entraîneur des Girondins de Bordeaux Vladimir Petkovic continue de prôner la sérénité avant la réception de Lens, dimanche (15 heures). « Vous aviez dit après la défaite à Nice avoir hâte que le mercato se termine. Êtes-vous soulagé que cela soit le cas ?
La situation s'est stabilisée. Nous avons pu travailler beaucoup et très bien ces derniers jours. Le groupe s'est consolidé, et il est presque au complet depuis hier (jeudi). Malheureusement, on n'a pas eu beaucoup de temps ensemble. La trêve a-t-elle été bénéfique pour digérer la claque reçue à Nice ?
Je ne crois pas qu'il y avait de problème à digérer. Le plus important, c'était de prendre sur soi et de réagir, ce que nous avons fait les jours suivants. Maintenant, je veux voir des résultats pendant le match. Après un mois d'août sans victoire, y a-t-il aujourd'hui urgence à gagner un match ?
Oui mais c'est ce qu'on essaye de faire depuis le début. On a connu des problèmes, il nous a parfois manqué un peu de chance et on n'a pas réussi à le faire. Mais il ne faut pas non plus se mettre la pression. Il faut jouer sereinement. Que vous inspire le RC Lens, une équipe qui s'est jusqu'à présent montrée très performante à l'extérieur ?
C'est une bonne équipe qui est allée gagner à Monaco (2-0). Mais ils sont battables et on peut les battre, comme beaucoup d'autres équipes en France. Ils pressent très fort et très haut, ce qui peut les exposer défensivement. Si on parvient à déjouer leur pressing, on aura l'occasion de leur faire mal. C'est ce qu'on va essayer de faire. Comme je l'ai déjà dit, l'important c'est de se concentrer sur nous, sur ce qu'on est capable de faire. « J'essaye de m'appuyer un peu plus sur les joueurs qui sont là depuis un certain temps » Stian Gregersen est revenu de sélection jeudi. Pourrait-il faire ses débuts dimanche ?
Les joueurs qui sont arrivés tardivement n'ont pas eu le temps de développer d'automatismes. C'est son cas. Il est candidat pour faire ses débuts mais j'essaye de m'appuyer un peu plus sur les joueurs qui sont là depuis un certain temps. Contrairement à Gregersen, Javeiro Dilrosun a pu s'entraîner avec le groupe pendant la trêve internationale. Sur le plan tactique, son recrutement vous offre-t-il de nouvelles perspectives ?
Il faut laisser du temps aux recrues pour mieux connaître le Championnat français, pour que je les connaisse mieux aussi. J'ai des attentes importantes vis-à-vis de ces joueurs. Ils ont certaines caractéristiques. Je veux les utiliser pour trouver notre style de jeu. Avec ce type de joueur à votre disposition, doit-on s'attendre malgré tout à vous voir revenir à une défense à quatre avec de vrais ailiers plutôt que des pistons ?
Ce qui est important, ce ne sont pas les chiffres mais les principes de jeu. On a beaucoup travaillé dessus ces derniers temps, sur le « jouer ensemble ». Le club n'exclut pas de recruter un numéro 9 en qualité de joker. Espérez-vous toujours un renfort à ce poste ?
J'ai tendance à ne pas espérer et à faire avec ce qui est sûr. J'espère qu'un attaquant comme Alberth Elis va revenir bientôt, que tous les blessés vont revenir. Ceci étant dit, aucun coach n'est contre le fait d'accueillir un joueur qui peut faire la différence sur le terrain. Où en est Elis ?
Il nous manque, comme tous les blessés. Mais on doit essayer de « tricher », et de faire comme s'il nous manquait personne. Je l'ai vu hier, et je suis très content de son évolution. Il commence à toucher le ballon, à courir sans avoir mal. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles