Foot - L1 - Coronavirus - Coronavirus : Nice est au chômage partiel depuis le 17 mars

L'Equipe.fr
L’Equipe

Depuis un courrier envoyé à l'ensemble de ses collaborateurs, l'OGCN est passé au chômage technique ou partiel afin de faire face au confinement qui empêche toute activité. Pour tenter de faire face à l'arrêt de l'activité football et donc du manque à gagner lié, les clubs de L1 ou de L2 optent de plus en plus pour le chômage partiel. Comme Bordeaux ou d'autres, c'est le cas de l'OGC Nice. Le club azuréen a même été l'un des premiers à le faire, puisque la mesure est entrée en vigueur depuis mardi dernier, premier jour du confinement en France. Chômage partiel : mesure répandue en France Un courrier électronique en date du 17 mars, et que L'Équipe a pu se procurer, de la part de Sébastien Collin, directeur administratif financier et RH, a été envoyé à l'ensemble des salariés, joueurs compris. « Pour faire face à cette crise sans précédent, le club va mettre en place un dispositif généralisé de ''chômage technique/partiel'' visant à protéger les salariés et leur entreprise. Ce dispositif va ainsi être appliqué à l'ensemble du personnel à compter du 17 mars 2020 sur la base de 100 % de leur temps de travail », peut-on lire dans le document de trois pages. L'actualité du coronavirus en direct La missive se veut pédagogique et explicite en posant des questions et en y répondant. Sont détaillées pour les employés les conséquences de cette décision : « À la date habituelle de versement des salaires, vous percevrez une indemnité égale à 70 % de votre taux horaire brut pour chacune des heures chômées. Cette indemnité ne sera pas soumise aux cotisations sociales. Seuls les CSG/CRDS au taux réduit de 6,7 % et le prélèvement à la source seront déduits de cette indemnité. » Afin d'atténuer cette baisse de salaire, le club laisse la possibilité aux salariés d'opter pour des congés payés.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi