Foot - L1 - Coronavirus - Jouer la saison de L1 sur l'année civile, le rêve impossible

L'Equipe.fr
L’Equipe

Certains acteurs du foot français, comme Jean-Pierre Rivère et Jean-Michel Aulas, militaient pour une fin de saison entre septembre et décembre, et la suivante jouée sur l'année civile. L'hypothèse semble enterrée. Dans l'absolu, les décisions annoncées par Édouard Philippe, le Premier ministre, laissent vivace l'idée émise par Jean-Pierre Rivère, le président de Nice, dans nos colonnes dès le 24 mars, de reprendre la saison en automne et de jouer la suivante sur l'année civile 2021. « Elle est très complexe à mettre en oeuvre, expliquait-il il y a déjà un mois. Ce n'est pas la meilleure, mais ce doit être une alternative si la pandémie se prolonge. Bien sûr qu'on souhaite tous finir la saison le plus vite possible, mais si on ne peut pas ? (...) En 2022, la Coupe du monde au Qatar se déroule du 21 novembre au 18 décembre. Mon idée a pour objectif de s'adapter à cette compétition décalée, et à l'inconnu d'aujourd'hui. Nous pouvons prendre tout notre temps pour finir la saison actuelle en octobre ou novembre, et on démarre la suivante en février. On peut intégrer l'Euro en juin et nous finissons fin octobre. En 2022, on fait une petite trêve en août et le même déroulement avec la Coupe du monde dans la foulée. » Après Rivère, Jean-Michel Aulas, son homologue lyonnais, avait embrayé : « On décalerait tout ça pour terminer la saison 2019-2020 à la fin de l'année civile et on reprendrait en début d'année 2021 pour la nouvelle saison. C'est l'un des scénarios qui intéressent la FIFA avec la Coupe du monde au Qatar. » Frédéric Thiriez, l'ancien président de la LFP, a lui aussi soutenu cette option. Mais pour que cette solution, de bon sens pour certains, prospère, il faudrait que l'UEFA la reprenne à son compte. Car la France ne peut évidemment pas faire cavalier seul en matière de calendrier. Et pour l'heure, la Confédération européenne n'a pas l'intention de se lancer sur cette voie-là. Aulas préconise « des play-offs » pour terminer la saison de L1 Mais si après les Pays-Bas, la France, voire la Belgique, d'autres pays se déclarent incapables de reprendre la saison, une petite brèche peut éventuellement s'ouvrir. Car l'UEFA ne veut surtout pas faire une croix sur la fin de ses compétitions de clubs. L'enjeu financier est de l'ordre de 1,1 milliard d'euros, une somme qu'il lui faudrait rembourser à ses diffuseurs si la Ligue des champions et la Ligue Europa ne peuvent s'achever. L'UEFA veut être fixée au 25 mai sur les Championnats

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi