Foot - L1 - Coronavirus : le salary cap, une solution pour le football ?

L'Equipe.fr
L’Equipe

Le président du syndicat Première Ligue, Bernard Caïazzo, a évoqué cette possibilité, ce dimanche après-midi, alors que les conséquences économiques liées au coronavirus menacent la survie de certains clubs. L'urgence est de trouver des solutions à la crise du Covid-19, qui met à mal toute l'économie planétaire, le football n'y échappant pas. Dans le cadre d'une conférence de presse téléphonique organisée dimanche après-midi par Première Ligue, le syndicat de clubs regroupant une majorité de pensionnaire de L 1, trois membres de cette entité ont pris la parole et évoqué des pistes pour l'avenir : Bernard Caïazzo, patron de Première Ligue et président du conseil de surveillance de l'AS Saint-Étienne, Gérard Lopez, le président de Lille, et Nicolas Holveck, celui de Rennes. Nicolas Holveck, président du Stade Rennais « Les clubs devront être plus raisonnables » Aulas : « Les chances de reprendre ont beaucoup diminué » Le boss lillois a confié qu'il espérait qu'il y « ait un avant et un après » la pandémie de coronavirus, avant d'ajouter : « Il faudra réfléchir sur la structuration de nos Championnats ainsi qu'à la Ligue et il faudra tenir compte de ce qui se passe. » Pour son homologue breton, « les clubs devront être plus raisonnables et mieux anticiper à l'avenir ces possibles crises. » Bernard Caïazzo a évoqué une piste de travail : instaurer un salary cap pour les joueurs de football comme cela se fait dans certaines ligues nord-américaines, et notamment celle de soccer, la MLS. « On est confrontés à un ultra capitalisme aussi dans le football moderne, avec une course à l'armement, a confié le dirigeant stéphanois. Il faudra peut-être venir à trois ou quatre joueurs sans limite salariale. » Sous-entendu : pour les autres, la rémunération serait « capée » et ne dépasserait pas un certain montant. Les masses salariales représentent pour l'ensemble des clubs de football français, mais aussi européens, le principal poste de dépenses. Alors que les recettes sont stoppées, elles menacent la survie de certaines équipes. Toute l'actualité liée au coronavirus

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi