Foot - L1 - Galtier: « Tout est toujours envisageable »

L'Equipe.fr
L’Equipe

Christophe Galtier, l'entraîneur du LOSC, sait que son équipe aura du mal à rééditer l'exploit du 14 avril 2019, lorsqu'elle avait battu le PSG (5-1) au stade Pierre-Mauroy. Mais ce match contre le leader, dimanche, il souhaite d'abord le gagner. « La dernière fois que le Paris-SG était venu à Lille, votre équipe avait gagné 5-1 (le 14 avril 2019). Compte-tenu des dynamiques des deux équipes et de leurs effectifs respectifs, un tel scénario est-il encore possible? Sur un match, tout est toujours envisageable. Mais, même à l'époque, personne n'aurait pu imaginer ce genre de match. On avait profité de beaucoup de circonstances, il y avait eu des blessés rapides (Meunier et Thiago Silva) et une expulsion (Bernat, 36e). Depuis, les effectifs ont changé. Le Paris de la fin de la saison dernière n'est pas le Paris d'aujourd'hui, et encore plus sur le plan offensif. Leur effectif est étoffé. Vu leur potentiel offensif, ça va être un match très difficile, c'est sûr. Fin novembre, vous aviez perdu 2-0 au Parc des Princes, alors qu'Osimhen et Bamba étaient absents, et vous aviez évolué dans un schéma très défensif. Cela sera-t-il très différent cette fois? On avait joué dans ce système (à cinq défenseurs) car on l'avait utilisé dans certains matches de Ligue des champions. On voulait empêcher les sorties de balle parisiennes, mais ça n'avait pas été les cas. Dimanche, j'aurai tout l'effectif à ma disposition, en dehors d'Agouzoul et de Timothy Weah. Si je vais changer de système? Non. On va jouer avec notre philosophie. Il est difficile avec un effectif comme le nôtre de passer d'un système à l'autre et puis on a peu de temps pour travailler les changements. « On va tout faire pour être européens, on va se battre jusqu'au bout » Vous venez de perdre vos deux derniers matches de Championnat. N'est-il pas encore plus compliqué d'affronter le Paris-SG avec une obligation de résultat? Il y a toujours une obligation de résultat. C'est vrai, on a perdu à Monaco (1-5, le 21 décembre) et à Dijon (0-1, le 12 janvier) et le calendrier nous offre Paris très vite, après la reprise. Je n'aime pas le terme de match bonus concernant les rencontres contre Paris. Il faudra tout faire pour prendre les trois points. Être juste défensivement. Mettre beaucoup d'engagement et d'abnégation pour amener le danger dans le camp parisien et être capable de marquer. Jonathan Bamba n'est pas très en réussite actuellement et il a raté son tir au but, mardi contre Lyon (2-2, 3-4 aux t.a.b., en demi-finale de la Coupe de la Ligue). Faites-vous avec lui un gros travail de remise en confiance? On ne peut pas en vouloir à un joueur qui va tirer un penalty et qui veut le tirer. Et qui, en plus, ne le tire pas de manière farfelue. Jo est fort mentalement. J'ai échangé avec lui, comme avec Renato Sanches (lui aussi avait raté son tir au but). Je leur ai dit que personne ne cherchait de coupables dans cette élimination. Les Lyonnais ont été meilleurs que nous dans la séance, ils n'ont pas eu plus de chance, ils ont été meilleurs, c'est différent. C'est une épreuve technique, ils l'ont mieux gérée. Renato en tire beaucoup à l'entraînement et en marque beaucoup. Mais là, devant un public hostile, avec un gardien en face, qui joue plus le jeu qu'à l'entraînement, et bien voilà. L'élimination en Coupe de la Ligue, le retard pris sur les trois premiers en Championnat (Rennes, 3e, compte 5 points d'avance avant le début de la 21e journée). Ne redoutez-vous pas que cette saison se finisse mal? Il n'y aura jamais de peur du vide, pas chez moi. On va tout faire pour se battre pour les places européennes. Et puis il a le projet du trading à développer, des joueurs qu'il faut continuer à faire progresser. Les résultats sont très importants et je ne veux pas qu'on se trompe sur cela. On va tout faire pour être européens, on va se battre jusqu'au bout. Une qualification en Ligue Europa en fin de saison serait-elle un bon résultat? Difficile à dire. Si je vous dis non, je suis prétentieux. Si je vous dis oui, je ne suis pas ambitieux. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi