Foot - L1 - Les Girondins Bordeaux et Hatem Ben Arfa, c'est fini

·2 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Hatem Ben Arfa sera libre au mois de juin. Il avait conditionné sa deuxième année en option à un top 8 des Girondins. Sans regret. C'était prévisible après une deuxième partie de saison marquée par la dégradation de ses relations avec son entraîneur Jean-Louis Gasset : Hatem Ben Arfa ne reportera plus le maillot des Girondins. En fin de contrat au mois de juin, le milieu offensif disposait d'une année en option mais comme l'a indiqué le directeur sportif du club, Alain Roche, dans les colonnes de Sud Ouest, « elle était conditionnée à certains critères sportifs. Ils n'ont pas été atteints. » Ses dirigeants souhaitaient qu'il s'engage pour deux ans Selon nos informations, il aurait fallu que les Girondins terminent dans le top 8 du Championnat pour que l'éventualité que Ben Arfa reste au club soit mise sur la table. C'était la condition que l'ancien Lyonnais avait fixée au moment de sa signature au mois d'octobre. Les dirigeants bordelais, eux, souhaitaient initialement qu'il s'engage pour deux ans. Ils étaient revenus à la charge au mois de janvier pour tenter de le prolonger... lire aussi Toute l'actu du mercato Au regard de ce qui s'est passé ces derniers mois, aucune des deux parties ne regrettera finalement que l'aventure prenne fin cet été. Pris à partie par Laurent Koscielny après le nul concédé contre Marseille (0-0) le 14 février, Ben Arfa avait été subitement déclassé par Gasset, deux semaines plus tard, contre Metz (1-2). Un épisode vécu comme une forme de trahison : « HBA » n'a jamais caché que c'est la présence de l'adjoint de Laurent Blanc qui l'avait décidé à accepter le challenge bordelais. Il n'avait pas imaginé que « JLG » se renierait à ce point alors que le technicien lui avait octroyé un statut à part dès son arrivée. La suite ? Après avoir manqué les trois dernières journées de Championnat, officiellement pour blessure, Ben Arfa va se donner le temps de la réflexion. À 34 ans, il ne désespère pas de trouver un projet qui lui correspondra. Avec lui - et même si son expérience bordelaise n'a pas été à la hauteur de ses attentes -, tout est une question de feeling.